5 questions à se poser sur les groupes Facebook, nouvelles concurrences des sites de rencontres.

Vous les connaissez peut-être : "Rencontre gays sympa", "Adopte un Gay", "Black Blanc Beur", "Plan Cam Gay", "AUB Bear Brotherhood", "Gay Rebeu", ces groupes Facebook se multiplient, toujours pour que vous puissiez trouver votre bonheur !

Il y en a des centaines, dans tous les domaines et pour tous les goûts et c'est entièrement gratuit ! Les groupes de rencontres (ou de dragues) se multiplient sur Facebook. Que ce soit pour des rencontres conviviales ou sexuelles, tout est maintenant à portée de clic via un compte Facebook.

Les groupes sont une nouvelle manière de communiquer, d'échanger et de se rapprocher. Ils sont sans aucune limite, hormis celle de la pornographie (qui peut elle aussi être contournée).

Il existe trois types de groupes :

  • Les groupes ouverts : ils sont accessibles à tous sans aucune restriction.
  • Les groupes privés : ils sont plus restrictifs que les groupes ouverts. Un questionnaire ou/et une validation par un administrateur / modérateur est demandé.
  • Les groupes secrets : ils ne sont pas visibles par le public. Il faut être invité pour y participer.

L'intérêt principal des groupes Facebook est qu'il n'y a aucune restriction du nombre de membres et ils sont entièrement gratuits.

Principal inconvénient, pour les groupes publics et privés, ils sont visibles par vos amis. Pour palier à ce petit obstacle, beaucoup ont recours à un deuxième compte Facebook.

Qui se cachent derrière ces groupes ?

Le plus souvent des anonymes mais aussi des sites de rencontres ou des sociétés qui essaient de faire vivre leur image. Ces groupes peuvent être composés d'une poignée de membre à plusieurs centaines de milliers comme le groupe d'échanges basé sur le réseau social Snapchat.

Les groupes Facebook peuvent servir des fois  d'annuaire d'annonces, le reste se passant soit sur messenger soit via d'autres logiciels. Ils peuvent être également des lieux d'échanges conviviaux ou culturels proposant des rassemblement à travers la France, comme le groupe "Adopte un bear" par exemple.

Est-ce une menace pour les sites de rencontres ?

Les groupes Facebook sont une nouvelle concurrence pour les sites de rencontres qui ont déjà dû faire face à l'arrivée des applications de rencontres. Concurrence mesurée ou concurrence bien réelle, les doutes et les craintes sont permises pour les webmasters de ces sites, surtout pour les plus modestes.

Wilfried Carbonell, fondateur du site de rencontres Betolerant n'a aucune crainte de cette nouvelle concurrence car pour lui, ces groupes ne proposent pas les mêmes services que les sites de rencontres :


Betolerant est un site sérieux, destiné à tout le monde et non uniquement aux gays. Même si certains groupes peuvent peser deux fois plus que Betolerant qui a tout de même 50 000 utilisateurs actifs sur les six derniers mois, tout ceci reste un peu brouillon et la modération de ces groupes est très aléatoire.

Le son de cloche est différent chez les fondateurs de groupes Facebook. Pour eux, il n'y a aucun problème de modération comme le souligne Anthony du groupe "Plan Cam gay" :

Je fais la modération seul. Je supprime les messages et profils tendancieux. Je retire également les photos sexuelles même si l'activité premier ici ce sont des plans cams. Tout se passe soit sur Messenger ou Skype.

Et Anthony a fort à faire puisqu'il gère un groupe de 2 000 membres avec 50 inscriptions par semaine et pas loin de 100 nouveaux messages par jour.

Mais les groupes Facebook ne sont pas uniquement de nouvelles opportunités sexuelles. "AUB Bear Brotherhood" se veut conviviale et ouvert. C'est un groupe gay essentiellement composé de bears mais on y trouve également des admirers (les personnes aimant les bears) ainsi que des femmes. Et pour Kevin, le fondateur, la modération est une règle d'or :

Notre politique d’adhésion est assez restrictive, notre processus d’adhésion entraîne hélas une perte d’un quart des demandes, car beaucoup ne prennent même pas le temps de répondre simplement à trois questions posées dès qu’ils demandent à nous rejoindre. Mais on compte pas moins d’une cinquantaine de demande d’adhésion par semaine. Le tri se fait de lui-même, ceux qui ne répondent pas à ces questions ne sont pas admis chez nous. Il en est de même sur tout site de rencontres.

Quel est l'intérêt de fonder ou gérer un groupe Facebook de rencontres ?

Pour Anthony, il voulait permettre aux personnes de trouver facilement des plans cams sans passer par des sites ou applications. Pour Kevin, la motivation est tout autre :

J’avais ressenti l’envie de partager avec d’autres personnes un élan de convivialité LGBT qui ne soit pas que basée sur le sexe. Le principe est d’étendre la convivialité à son paroxysme en laissant la possibilité à un membre de rencontrer de façon amicale et/ou charnelle un autre membre. Nous proposons des activités internes au groupe comme divers jeux, notamment un concours photos, un autre de chant, un troisième de dessin et bientôt sûrement de nouvelles ou d’essai, le but étant de faire briller nos membres autrement que par le seul physique mais bien par l’esprit ou les talents artistiques.

Rencontre toujours, pour les groupes secrets. Ils ne sont pas visibles et il faut y être invité. Le plus souvent, ceci se produit via un réseau de connaissances.

Ces groupes permettent des rencontres libertines chez un particulier ou dans un lieu de la nuit voire même en pleine nature. Pour les fondateurs, ceci permet d'élargir leur réseau d'invités et satisfaire tous les plaisirs.

Certains évènements sont gratuits, chacun ramène ce qu'il veut d'autres sont au contraire payant et très organisés.

Y a t-il un business derrière ces groupes ?

Officiellement, aucun. Officieusement, toujours. Ils appellent ceci des partenariats, soit avec des marques, soit des groupes médias. Des fois, le fondateur du groupe travaille chez un des "partenaires" du groupe. Le but, faire connaître la marque ou la société.

D'autres groupes vendent des produits à leur image ou organisent des rencontres et des soirées dans des lieux partenaires. Ceci se fait en échange de "bons procédés". C'est un échange "gagnant-gagnant". Le groupe quitte le domaine virtuel et le professionnel voit une nouvelle clientèle arriver.

Les groupes Facebook sont-ils sans danger ?

Les groupes Facebook ne sont pas sans risques. Comme pour les sites de rencontres, il faut rester prudent face aux personnes avec qui vous discutez car sur Internet, rien ne prouve l'identité des personnes ainsi que leurs motivations. Privilégiez les rencontres à plusieurs et dans des lieux publics. À chaque déplacement, parlez-en à vos proches.

Pour les rencontres libertines, il faut faire très attention à la consommation d'alcool ainsi que de drogue. Des associations comme Aides réussissent des fois à y être présente pour sensibiliser aux risques liés aux IST/MST lors de rapports sexuels. Une action non négligeable car certains rassemblements libertins peuvent atteindre une centaine de participants.

Donnez votre avis !