“Aider” les homosexuels :

Homosexualité et Église n’ont jamais fait bon ménage. Le Diocèse des Pyrénées-Atlantiques organise un « échange » les 7 et 8 mars prochain à Bayonne et Pau. Ce qui pourrait être ni plus ni moins qu’un groupe de parole n’est qu’une nouvelle fois qu’une attaque en règle contre la communauté LGBT.

Autre pays du fromage mais même réactions.

Pourtant le “scandale” vient cette fois ci à rebours. C’est la photo parue dans www.reformes.ch, organe de presse chrétien helvétique qui a crée la polémique.

L’image illustrant un dossier sur l’accueil des minorités sexuelles par l’Église a valu à la rédaction de «Réformés» une centaine de courriers virulents.

Une centaine de mails de lecteurs se disant «choqués, scandalisé, indignés et écœurés». Du jamais-vu pour le mensuel Réformés , le journal des Églises réformées de Genève, de Vaud, de Neuchâtel, de Berne (francophone) et du Jura (190’000 destinataires).

C’est une photo illustrant un dossier consacré à l’accueil, par l’Église, de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre et intersexe (LGBTI) – dossier paru le 25 janvier dans le dernier numéro – qui a mis le feu aux poudres. On voit sur cette image réalisée par l’artiste Elisabeth Ohlson Wallin deux hommes nus, enlacés. L’un d’eux a les bras en croix.

Image perçue comme iconoclaste.

Une photographie que certains lecteurs estiment offensante, blasphématoire, sacrilège ou encore scandaleuse”, énumère Gilles Bourquin, corédacteur en chef de Réformés et théologien. Certains disent même ne plus vouloir recevoir le journal car cette photo dépasse ce qu’ils peuvent supporter. Le blocage qu’elle provoque occulte le contenu de notre dossier. C’est dommage.»

Les mécontents sont majoritairement des Vaudois issus de la mouvance évangélique de l’Église réformée, analyse Guillaume Henchoz, responsable éditorial du site www.reformes.ch. «Une mouvance assez forte dans le canton de Vaud», rappelle-t-il. Les missives sont signées, pour la plupart. Gilles Bourquin mentionne un facteur générationnel. «Je pense que ceux qui réagissent appartiennent à une génération encore marquée par une ancienne perception de l’homosexualité.»

«Ce n’est pas une image pornographique.

C’est une œuvre d’art qui est censée faire réfléchir».

Décidé à défendre et surtout expliquer son choix rédactionnel, Gilles Bourquin s’est fendu, le 29 janvier, d’une réponse aux critiques, visible sur www.reformes.ch. «Rétrospectivement, nous aurions peut-être dû accompagner cette image d’une explication. Il y a une confusion dans l’esprit de certains. Ce n’est pas une image pornographique. C’est une œuvre d’art qui est censée faire réfléchir. Elle montre la dignité de la relation homosexuelle.»

Il revient sur les accusations de blasphème. «Nous n’avons pas voulu dire que le Christ était homosexuel. Loin de nous l’idée de choquer. En traitant du sujet délicat de la reconnaissance de l’orientation sexuelle des LGBTI, nous voulons nous montrer solidaires et rendre conscient que ces personnes sont persécutées dans bien des pays, hors d’Europe. C’est aussi cela, le rôle d’un journal d’Église.»

Cela peut peut être amener certains censeurs de tout horizon de réfléchir un peu sur la perception de la communauté LGBTI par les “Eglises”.

Crédit photographique : – David leDeodic

  • Réformés.

Donnez votre avis !