ChemSex, Plan planant, Plan Pétard, les plans culs sous drogue envahissent les applications de rencontre.

Hornet, Grindr, Scruff, vous avez déjà tous vu ce genre de mots clefs sur les profils ; Mais qu’est ce donc le Chemsex ?

 

 

Le ChemSex, littéralement sexe sous drogue, est une forme de plan cul qui s’est développé sur les applications de rencontre, homo comme hétéro. Hélas, les hommes sont moins craintifs vis à vis des drogues que les femmes. Ce type de plan cul se repent dangereusement sur les applications pour homosexuels.

Le Poppers faisait débat il y a quelques années alors qu’il était presque inoffensif par rapport à cette nouvelle drogue. Pour les amateurs de ChemSex, il n’y a pas que le cannabis ou la cocaïne, il y a maintenant la GBL.

Ce sigle ne vous dit peut-être rien pourtant vous l’utilisez chez vous via les produits d’entretiens ou le démaquillant. La GBL (gamma-butyrolactone) Elle est utilisée dans l’industrie comme solvant de peinture, époxy ou vernis à ongles où ses caractéristiques très acides font fondre le plastique, décapent et blanchissent les vernis. Mais quand il est consommé de manière pur, il se dégrade dans l’organisme en une autre molécule : le GHB.

Cette autre molécule est bien connue dans le monde de la nuit comme étant la “drogue du violeur”. Fort heureusement, le GHB est sous surveillance depuis 2000 et inscrit dans la Convention des Nations Unies sur les substances psychotropes depuis 2001 mais son précurseur, la GBL, elle, reste aisément disponible.

La GBL s’était faite connaître par une triste histoire de télé-réalité. L’hégémonie blonde de la télé-réalité avait alors reconnu en prendre. Loana avait fait à nouveau la Une des magazines peoples.

Une mode londonienne.

Cette pratique viendrait des anglais. A Londres, la pratique du ChemSex tuerait une personne homosexuelle tous les douze jours. A cela, il faudrait ajouter le nombre de transmission d’IST et MST comme le VIH qui serait en augmentation.

Face à ce danger, plusieurs associations ont lancé de nombreuses campagnes pour sensibiliser aux risques du ChemSex. Hélas, rien n’a l’air de ralentir ce nouveau phénomène de société.

w-mod-chemsex v2

Source : franceinfo

Donnez votre avis !