God(e) bless UK !

Le Schwules Museum était le seul musée en Europe consacré à l’histoire et à la culture de la communauté et des personnes LGBTQ.

Tandis que le projet d’un centre d’archives à Paris, le projet d’un centre d’archives à Paris traine le pieds depuis 2001 même si cela remue un peu plus du côté municipal depuis la sortie du film “120 Battements par minute” . Londres pourrait bien prendre les devants en inaugurant le Queer Britain: The National LGBQT+ Museum.

Porté par Joseph Galliano, consultant et journaliste, le projet vient de recevoir le soutien du maire de la ville Sadiq Khan, qui a insisté sur le rôle que jouera ce nouveau musée «pour faire la lumière sur l’histoire LGBTQ+».

«Les gens sont sortis de leurs placards, il est temps désormais de sortir des marges», a déclaré Galliano.

Qu’une institution y soit dédiée constitue une étape symbolique importante. Ce n’est qu’en 1967 que l’homosexualité a été partiellement dépénalisée en Angleterre et au Pays de Galles (1982 en France). Et il aura fallu attendre 2016 pour que l’U.K. vote une loi accordant un “pardon posthume”aux quelques 65.000 hommes condamnés pour homosexualité, dont environ 15.000 vivent encore aujourd’hui. Le projet entend ainsi réhabiliter l’histoire des personnes LGBT+ et de leurs luttes.

«Nous sommes en train de perdre des histoires dont beaucoup étaient déjà cachées»

C’est dans le quartier de Southwark que devrait prendre place le musée, dont l’ouverture est prévue d’ici 2021. Entre expositions d’œuvres et d’archives de tous supports, expériences immersives, en réalité virtuelle, conférences et espaces de partage, le futur musée entend permettre la rencontre de différents publics en créant un lieu de transmission d’une histoire souvent négligée et menacée par l’oubli faute de centres d’archives dédiés.

«L’histoire(LGBT) a été enregistrée de manière très fragmentée et si vous prenez seulement les hommes, la part la plus visible de la communauté, la génération d’avant les années 1960 est vieillissante; nous sommes en train de perdre ces histoires dont beaucoup étaient déjà cachées. Si vous pensez aux histoires des BAME [noirs, asiatiques et autres minorités ethniques], des femmes et des trans, auxquelles on a encore moins donné la priorité par rapport à celles des hommes, c’est une mine de matériel inédit», a déclaré Galliano .

Margot James, ministre d’État pour le numérique et la culture et première députée ouvertement lesbienne du Parti conservateur, a elle-même participé à la campagne de demande de financements. Dans la vidéo de présentation du projet, elle déclarait :

«Je pense que l’idée d’un musée queer est absolument essentielle à notre histoire culturelle, à notre histoire sociale, en tant que pays.»

Pour l’heure, Queer Britain collecte sous forme de fonds, mais aussi et surtout sous forme de matériaux susceptibles de venir prendre place dans les collections du musée. C’est autant auprès de particuliers que d’autres institutions culturelles que devrait pouvoir se constituer un premier fonds d’archives.

 Source et crédit photographique : Pinknews.

Donnez votre avis !