Nouvelle agression à Paris : homophobe et/ou raciste.

Bénévole pour les Gay Games 2018, il rentre chez lui dans la nuit de samedi à dimanche et se fait agresser par quatre individus.

Aylau est un militant LGBTi très connu en Île-de-France. Il a travaillé pour différents magazines gays et est très présent dans la vie associative LGBTi.

Dans la nuit du samedi 4 août au dimanche 5 août, dans son quartier, Aylau va être victime d’un acte odieux. Quatre personnes arrivant sur des scooters vont alors le mettre au sol en utilisant du gaz lacrymogène puis ils vont le rouer de coups. Les agresseurs lui ont pris ses effets personnels : collier et portefeuille.

Je crois que si je ne m’étais pas relevé et débattu, j’aurai sûrement tout perdu. Heureusement, ils ne m’ont pas poursuivi.

Une fois rentré chez lui, sa sœur va lui venir en aide et appeler la police. Aux urgences, les médecins constateront qu’Aylau a une plaie de 3 mm sur la tempe gauche, une bosse sur la droite, les coudes et genoux écorchés. A cela, il faudra également ajouter des douleurs aux yeux et au nez suite à l’attaque au gaz lacrymogène.

Homophobie, racisme, acte lâche et isolé…

Cette attaque met donc une fin rapide à sa participation aux Gay Games, jeux prônant la tolérance et l’ouverture vis à vis des personnes LGBTi. Des jeux toujours hélas d’actualité et obligatoires, surtout si la raison de l’agression fut son orientation sexuelle, fièrement affichée via sa tenue officielle de bénévole aux Gay Games 2018.

Il ne faut pas non plus oublier que les personnes avec des origines asiatiques sont souvent prises pour cible. Ceci, dans le but de leur voler leur portefeuille. Les touristes asiatiques sont connus hélas pour voyager avec beaucoup de liquidité.

Aylau a peut-être été victime d’un acte raciste, homophobe ou alors il a été présent au mauvais moment et au mauvais endroit.

Donnez votre avis !

Lire les articles précédents :
Les petits tours homophobes from USA’ pumpkin head.

L'Amérique, l'Amérique, de Trump, je ne m'y rendrai ! Celle là, elle était facile. Pourtant la dernière prouesse de l'administration

Fermer