Test VIH : Une minute pour savoir…

Ils étaient rouges et venaient vous voir sur les terrasses ou dans les bars samedi soir pour prendre une goutte de votre sang !

img_5999

Non, samedi soir, ce n’était pas Halloween avant l’heure. Pourtant, des hommes vêtus de rouges s’infiltraient dans le milieu de la nuit gay parisien et vous réclamaient une goutte de votre sang pour faire un test de dépistage VIH et Syphilis. L’opération était co-organisée par le Centre LGBT Paris-île-de-france et HF-Prévenion.

Munis de leurs flyers, de leur casquette et de leur veste rouge, l’équipe de bénévoles de HF Prévention arpentait les allées sombres du Marais pour vous sensibiliser au dépistage. Plusieurs personnes ont vidé leur verre et écrasé leur cigarette afin de se rendre au centre LGBT Paris-île-de-france pour réaliser ce test qui vous délivre les résultats en une minute.

Ils n’étaient que quinze a avoir fait ce trajet mais comme nous l’explique Jérôme André directeur de HF Prévention, le message est passé :

Nous avons fait ce soir de la prévention, du social. D’habitude nous faisons 200 tests par jour, ce soir quinze mais notre rôle était également d’être présent, de faire passer un message. Nous menons cette opération ce soir, Aides le fait le troisième et quatrième mardi de chaque mois.

Et petit à petit, le message passe, homos ou hétéros, les habitués du Marais ont connaissance de l’existence des ces opérations de dépistage.

Une minute pour savoir !

img_6001Que se cache-t-il derrière ce slogan : une minute pour savoir. Et pour découvrir ce fameux test, direction donc vers le centre prêt à réaliser moi même ce test.

Plusieurs personnes vous accueillent et une bénévole se prénommant Bessie vous fait monter à l’étage dans un bureau, isolé du reste du centre.

L’anonymat est important dans ce genre d’opération pour gagner la confiance des personnes venant faire le test. Bessie est souriante et de bonne humeur, de quoi vous rassurer, du moins en apparence.

En discutant et rigolant avec vous, elle sort de sa boite de pandore une enveloppe fermée en alu et y sort plusieurs flacons qu’elle dépose sur un petit plateau. Munie de ses gants en latex, elle vous demande un doigt. Naïvement, je le lui tends en pensant qu’elle allait le désinfecté puis me préparer à la piqure.

Mais tout est allé très vite. Tampon pour désinfecter la zone puis elle vous pique avec un petit bloc jaune. Pas le temps de vous préparer, vous êtes déjà piqué.

Elle s’amuse de ma tête et est surprise de ma réaction. Même si c’est une toute petite piqure, ça reste une piqure. Elle presse ensuite votre doigt pour avoir quelques gouttes de votre sang qu’elle déverse dans un petit récipient blanc. Elle y ajoute une petite fiole et les quelques secondes qui vous séparent du résultat ont l’impression de durer des heures.

Vous voici replongé dans l’attente de résultats que nous connaissons tous, que ce soit celui du bac ou du permis. Même si j’y étais allé en confiance, le stress monte. Bessie me demande où j’en suis niveau dépistage MST. Je lui réponds que tout est normal à priori.

Là, arrive Jérôme, le directeur de HF Prévention. Il me dit qu’il n’y a rien de grave et m’explique mon résultat : deux petits points, bizarrement ça n’a pas l’air très rassurant.

Le premier point, tout en haut et le point repère. S’il reste seul et unique, tout est bon. Sauf que si vous êtes dans mon cas, un deuxième point apparait voire un troisième, ce qui n’est pas très bon signe.

img_6004b

Mon point est situé sur la gauche en dessous du point repère, cadre jaune. Cela signifie comme m’explique Jérôme que j’ai des anticorps qui luttent ou son prêt à lutter contre la Syphilis. Je cherche et fouille dans mon lointain passé et j’ai soudainement souvenance d’un petit épisode où une analyse de un ou deux ans me disait qu’effectivement que j’avais ce genre d’anticorps chez moi.

Après avoir pris plusieurs bonbons pour faire descendre l’angoisse, Jérôme m’explique la situation de l’autre point. Si jamais j’avais en moi des anticorps essayant de lutter contre le VIH, j’aurais eu un point tout en bas, dans le cadre vert.

Je demande alors à Jérôme si le test est fiable à 100%. Il répondre que oui, à 99,9%. Après comme il me l’explique, le test ne détecte pas le VIH ou la Syphilis mais les anticorps qui luttent contre-eux. Chaque corps se défend différemment mais le test est fiable pour détecter officiellement une contamination de minimum trois mois.

En dessous, le test serait également assez fiable puisque dans certains cas détectés, la contamination s’était faite que quelques jours plus tôt. Mais Jérôme insiste sur le fait que la garantie officielle et fiable du test reste la barre des trois mois.

Me voilà donc rassuré avec un joli pansement sur mon majeur. Et pour conclure ce petit test d’une minute et puisque c’est de saison, je reprends un dernier bonbon avant de partir.

 

Une pensée sur “Test VIH : Une minute pour savoir…

  • 31 octobre 2016 à 14 h 01 min
    Permalink

    Une toute petite piqure et tu as peur… chochotte !

    Répondre

Donnez votre avis !