Ukraine : L’Eurovision célèbre la diversité, mais bon, ne soyez pas trop visibles non plus…

L'Ukraine est toujours hantée par ses vieux démons d'extrême-droite.

La finale de l'Eurovision se déroulera à Kiev en Ukraine ce Samedi 13 mai et sera diffusée sur France 2. Le slogan est : Célébrons la diversité. L'année dernière, l'Ukraine avait gagné la grande finale grâce à une chanson sur la Crimée. Cette année, l'Ukraine veut montrer au monde entier son ouverture sur le monde, les libertés et les droits de l'Homme.

Sauf qu'on n'efface pas des décennies de règne soviétique d'un revers de la main. Les conservateurs religieux orthodoxes sont toujours très présents en Ukraine et continuent toujours d'imposer par la force et la violence leur point de vue et leur vision de la famille.

Les homosexuels sont hélas souvent pris pour cible et toute tentative de rééquilibre des droits est fortement voire brutalement débattu. Les discriminations homosexuelles dans le milieu du travail sont toujours présentes malgré une loi. Loi qui a rencontré une farouche opposition de la part de l'extrême droite.


Un arche, symbole de l'amitié avec la Russie devait être repeint avec les couleurs du Rainbow Flag à Kiev. Les travaux ont été arrêté par la mairie suite à des manifestations violentes de la part de groupuscules, toujours d'extrême droite.

Dernièrement, une femme lesbienne s'est faite agresser dans la campagne Ukrainienne, ce qui fut un choc pour tout le pays.

L'Ukraine change, petit à petit.

Ces réactions homophobes tendent à cacher l'émancipation de la communauté LGBT en Ukraine. Plus les homosexuels sont visibles et plus les actes homophobes augmentent. Mais ces pas vers les droits de l'Homme ne sont pas prêts de s'arrêter confient plusieurs ukrainiens. Même si le pays ne va pas légaliser le mariage pour tous dans  les mois à venir, les mentalités commencent à changer et dans le bon sens.

Certaines associations LGBT conseillent tout de même aux couples homosexuels venant assister la finale de l'Eurovision à rester discrets. Car même si les groupuscules homophobes d'extrême droite sont très minoritaires, ils sont hélas toujours présents dans la capitale ukrainienne.

Donnez votre avis !