Le VIH et d’autres MST reviennent en force !

On les avait oublié, mais eux non… SIDA, Hépatite et la Syphilis sont toujours bien présents et en augmentation.

epidemie-vih-region

Le cri d’alarme vient d’être relancé par plusieurs associations dans le domaine de la santé : les MST sont toujours présentent en France. Pire, elles progressent en nombre de contaminations. La population la plus a risque reste les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes.

153 000

C’est le nombre de personnes vivant avec le VIH en France. En 2013, le nombre de personnes non diagnostiquées aurait été de 24 800 selon le site vih.org. Trois régions se démarqueraient :

  • île-de-france : 10 300 personnes (42%)
  • PACA : 1 600 personnes (6%)
  • Rhône-Alpes : 1 500 personnes (6%)

En île-de-france, deux départements en sont les plus victimes : Paris et la Seine-Saint-Denis. Selon l’ANRS, en 2013, 7 300 nouvelles contaminations. Plus de 50% toucheraient des personnes vivant en île-de-france.

Que font les pouvoirs publics ?

Ils s’embrouillent ou font la politique l’autruche. Depuis plusieurs jours, une campagne agite le ministère de la santé. Selon plusieurs médias (Libé, Yagg…), une campagne visant la population des hommes ayant des relations avec des hommes ne passent pas. Elle est jugée trop “gay” et pourrait éventuellement choquer.

Or le problème, est que la campagne prévue pour le 1er décembre, journée mondiale contre le VIH, vise les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes car ce sont eux qui en sont les victimes principales. La campagne de départ devait afficher plusieurs couples d’hommes de tous les âges.

Retoquée par le ministère mais validée par la Ministre.

Marisol Touraine a tranché contre son ministère. La campagne d’origine aurait éventuellement bien lieu. La peur de stigmatiser une population aurait ébranlé le ministère. Sauf qu’hélas, ce n’est en rien une stigmatisation mais une vérité alarmante.

Les campagnes de prévention doivent donc être ciblées pour avoir un impact fort au près de ces populations. Maintenant il ne faut pas généraliser bien entendu, ce n’est pas parce que vous avez une relation hétérosexuelle que rien n’est à craindre.

Recommandations :

L’utilisation d’un préservatif est toujours plus que conseillé durant les rapports sexuels. En cas de doute, n’hésitez pas à vous rapprochez des services des urgences pour avoir un traitement de post-infection (TPE). Elle est efficace si elle est commencée dans les 48h après le rapport à risque.

Pour les personnes ne pouvant supporter un préservatif ou ayant des pratiques sexuelles trop à risque, la mise en place de la PrEP est plus que conseillée.

Sources : ENIPSE, ANRS, vih.org, Libération

Donnez votre avis !