Un marquis à la dérive sur le net :

Que de commémorations !

Les 8, 9 et 10 mai ont vu se succéder bien des hommages.

Le 8 mai, nous célébrions l’anniversaire de la Ligue française de défense des droits de l’homme et du citoyen créée en 1898…

Le 9 mai, en 1949 Rainier montait sur le trône monégasque et un an après, le ministre Shuman prononçait ce qui est encore aujourd’hui considéré comme le texte fondateur de l’Europe…

Le 10 mai, Louis Delgrès en 1802 signe et proclame le texte antiesclavagiste “A l’Univers entier, le dernier cri de l’innocence et du désespoir” et en 1994, Nelson Mandela devient président d’Afrique du Sud.

Et en 2018, me direz vous ? Il ne se passe presque rien, rassurez vous ! Dormez tranquille braves gens ! Le futur empereur veille sur “son peuple”. Ce jour même, il recevait le prix Charlemagne à Aix la Chapelle. Je ne sais si son sacre aura lieu à Paris ou à Reims, mais ce dont je suis certain, c’est que telle la mère de Napoléon, j’entends déjà Brigitte dire “Pourvou qu’çà doure !”

Durant ce temps, en France métropolitaine, Marlène Schiappa ne rêve pas d’être présidente lorsqu’elle se rase. Mais, devant son miroir, elle se maquille…

Malgré tout, Mesdames, je vous aime aussi, surtout.

Mais, un million d’€uros pour défendre les femmes contre les agressions au travail, par cette déclaration Madame la Ministre, vous ne pensez pas prendre les Français(es) pour des imbéciles heureux ? Soyons un instant sérieux. Combien honnêtement de femmes avec un tel budget pensez- vous être en mesure de défendre ? Je n’ose vous opposer le nombre d’agressions que doivent subir les femmes en France métropolitaine par jour, ceux déclarés pour le moins. Je parle France métropolitaine, car les Dom-Com ne sont pas concernés. A croire que ces départements et Collectivités d’Outre-Mer ne sont pas la France… Et comparativement à ce montant alloué à la défense des droits élémentaires des femmes dans le monde professionnel, combien avons nous lâché de missiles en Méditerranée et quel est le coût de chacun de ces missiles ainsi abandonné ? Révisez votre amabilité de donneuse de leçons, empochez votre honte bien profondément dans votre poche et mettez votre mouchoir par dessus. Vous verrez, à force, comme les Français, “on” peut s’y faire ou pas.

Les femmes, finalement, en France ne valent rien. Leur valeur n’est guère meilleure voir bien pire au Maroc… Surtout si nous parlons de ces “femmes mulets” abusées comme de vraies cerfs à la frontière entre Espagne et Maroc.

Et puis, comme une veilleuse allumée…

Où en sommes nous de tous ces agresseurs homophobes ? Et quelles sont les prochaines mesures de notre gouvernement pour une meilleure défense des droits LGBT face à cette recrudescence d’agressions Madame la Ministre de l’Egalité des Droits ? Sans doute, comme pour la PMA allez vous être En Marche, mais plutôt, en marche arrière.

Quelques amendes, quelques rappels à la loi ou des mois de prison avec sursis contre un traumatisme physique et moral à l’encontre des victimes ? Est ce une juste peine ? Je ne sais pas. J’en arrive parfois à penser à défaut de panser que nous ne valons pas mieux non plus en France qu’aux USA…

Soyons plus légers…

Cannes et son tapis rouge nous offre chaque année une plus grande visibilité de la cause LGBT. Ou plus simplement, de plus en plus le droit de vivre de plus en plus de façon inclusive et ainsi de ne plus avoir à demander pardon d’être tel que nous sommes. En 2017, c’est “120 battements par minute” qui faisait de la lumière. Et cette année, les projecteurs sont tournés vers “Plaire, aimer et courir vite“. Je ne sais si je vais aimer ce film, mais, je sais que je lui souhaite d’être primé. C’est sans doute juste une histoire d’amour au cours des années 90 dans un climat “malsain” et qui affronte le SIDA.

J’entends certains détracteurs nous dire que nous pavoisons. Mais, Mesdames, messieurs, je suis navré pour vous. L’amour n’avait pas, n’a pas et n’aura jamais de limite. et ce, malgré la véhémence des attaques, malgré tous vos mots ou maux, vos actes barbares ou insultant envers l’humanité.

Et puis, je ne pouvais terminer ce billet sans évoquer la reine des belges qui s’est éteinte à 57 ans. Ce n’est pas que j’en fus fan. Non, j’aimais juste la femme, la voix et ses interprétations. Merci pour tout Maurane, vous nous manquez déjà, même si votre voix chante encore…

Bonne semaine à vous,

Votre dévoué.

Donnez votre avis !