Polémique autour de la Gaypride à Rouen

L'affiche de la Gaypride 2015 de Rouen attire les critiques à cause de la GPA.

11150333_392010430986499_1444167031462299390_nLa Gaypride de Rouen est sous le feu de la critique. En cause, la présence de trois lettre qui dérangent : GPA.

En effet, la Gestation Pour Autrui est un débat fermé en France puisque la justice française l'interdit sur son sol pour les homosexuels mais également pour les hétérosexuels. Les françaises ne peuvent supporter la grossesse pour une autre personne.

Hors, sur l'affiche annonçant la Gaypride 2015 de Rouen, nous pouvons voir ces trois petites lettres. Jusqu'ici rien d'anormal sauf qu'en dessous, en bas de cette affiche, nous voyons le petit logo de la région Normandie qui finance la marche.

Et certaines personnes de la Manif pour Tous (qui est aussi subventionnée par l'État) montent aux créneaux pour dénoncer la dépense de l'argent public pour subventionner une marche militant pour un droit interdit en France.

Louis Ronssin, responsable Province-Ouest de la Manif pour tous, a déclaré dans le Figaro :

C'est la première fois qu'une région fait la promotion d'un délit !  Est-ce cela le projet de Nicolas Mayer-Rossignol pour la Normandie ? Ce n'est pas aux collectivités territoriales de faire bouger les lignes, en tout cas pas avec l'argent des familles et des entreprises normandes.

Le conseiller régional UDI François-Xavier Priollaud a également montré son mécontentement dans les colonnes du  Figaro :

Je n'ai aucun problème à ce que le logo de la région figure sur une affiche annonçant la Marche des fiertés. Mais je suis totalement hostile à la marchandisation du corps humain: une collectivité territoriale qui appose son logo sur une affiche qui demande à revenir sur un des principes essentiels du droit français, je trouve que c'est une faute! J'espère que ce n'est que de l'amateurisme, et non une volonté délibérée que la région porte ce combat.

Un retour en arrière de deux ans :

Les conservateurs de droite continuent leur combat avec les mêmes arguments qu'il y a trois ans. En effet, lors du débat autour du mariage pour tous, certains politiques avaient dénoncé le soutient par des élus de quelque chose qui était alors interdit : le mariage homosexuel.

Donnez votre avis !