17h Place de la République à Paris…

C’est presque une agression par jour la semaine passée qui s’est produite à Paris.

La recrudescence des agressions LGBTphobes de ces dernières semaines a suscité un grand émoi jusque dans les rédactions de certaines chaînes d’informations, des prises de position plutôt tièdes de la classe politique à quelques exceptions près. Parfois certaines de ces déclarations ressemblaient plus à de la récupération politique qu’un réel intérêt.
Face à cette déferlante, devant le développement sur les réseaux sociaux ou les médias de la parole LGBTphobe, plus de quarante associations, SOS Homophobie et l’ Inter-LGBT ont voulu tenir un grand rassemblement place de la République ce dimanche à partir de 17h.
Ce mouvement créé ne s’inscrit pas seulement dans la dénonciation de la seule LGBTphobie. Il s’oppose à toute forme de haine. Il s’inscrit dans le vivre ensemble d’une façon pacifique, constructive, rassemblant les différents courants et pensées autour de la défense LGBT+, qui réclament à corps et cris le droit de vivre dans l’indifférence ses différences.

Et c’est bien dans cette diversité que nous nous sommes retrouvés ce dimanche.

En plus de quelques rares politiciens, de quelques élus de terrain ou de la représentation nationale, de quelques figures emblématiques de la cause LGBT+, nous étions toutes et tous présents.
Ce sont plusieurs milliers de personnes qui étaient massées, agglutinées pour défendre les droits de notre minorité visible ou invisible que sont les LGBT+.

Une très grande majorité des associations de défense LGBT+ étaient aussi présentes. Je sais que certaines restèrent discrètes comme nos amis les Actupiennes, Séropotes, Fierté Ours.
D’aucunes d’entre elles prirent la parole.
Certaines d’entre elles étaient venues apporter des témoignages forts, courts succins mais qui appelaient à la cohésion, au rassemblement autour du respect des droits des LGBT+ et une réponse claire de nos politiques.
Quelques unes de part leurs spécificités associèrent la défense des droits LGBT+ au drame qu’elles vivent en plus de par leur handicap, maladie ou séropositivité. L’exclusion n’en est que renforcée en plus de la haine de l’autre.
D’autres se montrèrent plus politique, plus inclusives aussi et réclamèrent des réponses puissantes pour que les droits LGBT+ soient élargis, mieux respectés, renforcés dans un souci d’égalité entre citoyens de cette belle France composite et diverse. Ceci apportant une réponse puissante à ce fléau qu’est la LGBTphobie.

Act Up Paris se distingue.

Puis vînt le tour d’Act Up Paris. Son représentant a commencé par dire son désaccord avec l’organisation de ce rassemblement, ses organisateurs et les “motivations de cet “évènement” (pourquoi étaient-ils là alors et surtout prendre la parole ?).
Il a poursuivi en noyant d’excellentes revendications dans une diatribe qui pour résumer était contre toutes et tous. Seuls “eux” pouvaient détenir “la Vérité”. Comme résultat à ce discours, il réussit juste à faire huer son mouvement.

C’est regrettable !

Lorsque vînt le tour de Guillaume Mélanie, co- président d’Urgence Homophobie, je dois bien l’avouer, j’ai été plus que mal à l’aise, voir même choqué. Choqué par le comportement de certaines militantes et certains militants d’Act Up qui l’ont copieusement conspué, hué et insulté ( collabo” “complice de meurtres” “connard“).
Les propos de G. Mélanie étaient pourtant simples, rassembleurs et il s’est  donc fait agressé parce qu’il osait interpeller “Madame Beloubet, Garde des Sceaux, et Monsieur Castaner, nouveau Ministre de l’Intérieur, pour qu’ils se bougent et débloquent des moyens financiers énormes pour éradiquer ce fléau d’agressions” selon ses propres termes dans une déclaration effectuée sur Facebook à l’issue de la manifestation.
Voilà ce pourquoi, il s’est fait agressé par quelques agitateurs ou agitatrices mais, il s’est fait chaudement applaudir par l’ensemble du reste de cette assemblée.
Dans cette même déclaration sur Facebook, G.Mélanie poursuit ainsi : “Mon message était celui d’une victime, qui, il y a quelques jours s’est fait fracasser la gueule. Ce fut, ce jour, une deuxième agression. Je tremblais de tout mon corps. J’ai pleuré. Alors que je souhaitais juste qu’on soit toutes et tous ensemble“[…] “Je suis écoeuré. Blessé. J’adorais Act-up. Aujourd’hui, et en public, certaines de leurs militantes ont été mes nouvelles agresseuses. Je suis triste. J’ai mal. Très mal.
Personnellement, Inverti et tant d’autres aussi n’ont que ces mots à la bouche :

C’est scandaleux !

Non contents de ces deux premières provocations, et ce afin de se victimiser, à l’issue du rassemblement, certains de ces provocateurs n’ont rien trouvé de mieux d'”aller à la rencontre” des forces de l’ordre afin de les narguer. Et après quelques heures passées au poste de Police ils ont été relâchés.
Où donc sont passées les années où Act Up servait de nobles et justes causes ? Si aujourd’hui cela se contente (concentre à ?) de jouer la provocation, ils desservent juste leS causeS et leur crédibilité.

C’est triste !

Des témoignages émouvants.

Les interventions des associations étaient entre coupées de témoignages bouleversants, les intervenants retenant leurs larmes ou pleurant face aux crimes, délits ou simplement colères justifiées qu’ils ou elles représentaient ou dont elles furent aussi victimes. Entre l’exilé ayant cru trouver en France un lieu de paix et d’amour pour vivre pleinement ce qu’il était, la commémoration de la mémoire de cette travailleuse du sexe lâchement et sauvagement assassinée il y a quelques mois. Cette rage développée par ce garçon qui en veut tant à l’Etat, qu’aux politiques et à la société civile de l’exclure et être répressif contre lui parce que travailleur du sexe.
Certains et certaines montraient une vraie détresse dans leurs revendications.

Tous ensemble, unis !

Donc, à part une association et quelques uns de ses membres provocateurs, ce fût un vrai moment de rassemblement avec l’expression de toutes nos diversités. Toutes les mouvances LGBT+ et les exclus, les anonymes et les connus étions tous présents pour refuser la LGBTphobie et réclamer un renforcement de l’ensemble de nos droits. Pouvoir servir à toujours être plus inclusif, respecter et défendre les LGBT+ dans leur diversité et spécificités.
C’est en unissant nos diversités que nous sommes plus forts et que notre voix se fait plus claire et audible.
C’est ce que nous avons pu démontrer dans ce rassemblement citoyen.
Car en plagiant un tribun “La République c’est nous AUSSI !

 

 

 

 

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Créer un compte