inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !


Pétition : Pour que la Nuit revoit le jour !

Ici, une petite réclame...

Plusieurs discothèques pourraient ne pas survivre à cette prolongation du confinement.

Plusieurs acteurs du monde de la nuit ont mis en place une pétition afin d’expliquer au grand public et au gouvernement que la situation économique des discothèques est catastrophique. Beaucoup d’entre-elles pourraient ne jamais rouvrir. Comme l’ont montré les images de la fête de la musique partout en France, les françaises et français ont très envie de retrouver leur vie d’avant. Pour rappel, certains lieux de cruising ont rouvert mais il vous est toujours interdit d’y danser.

Pétition :

RÉSUMÉ DE LA SITUATION DES DISCOTHÈQUE EN FRANCE A LA SUITE DE LA PANDÉMIE DU COVID-19 :

L’État français à commencer à prendre différentes mesures pour restreindre le nombre de personnes présentes en même temps en discothèque durant la période du 2 Mars au 13 Mars 2020. Avant de fermer nos établissements le 14 Mars.

Depuis le 2 juin 2020 les différents établissements recevant du publique (ERP) se sont mis à rouvrir et à partir du 11 juillet 2020, l’intégralités des ERP auront repris leur activité. À l’exception des établissements pouvant accueillir des foires, expositions et salons et les discothèques pour qui leur réouverture n’est pas prévue avant septembre 2020.

Nous comprenons (bien qu’il est parfois difficile pour certains d’entre nous d’assister à différentes scènes mettant en avant des rassemblements non encadrés et sans respect de protocoles sanitaires) et acceptons ces décisions, du fait qu’il serait contre-productif pour nos établissements d’ouvrir avec ces protocoles sanitaires définis et cela nuirait grandement à notre activité. Mais nous ne pouvons pas en assumer les conséquences économiques
Ainsi, ce secteur d’activité, bien qu’indispensable dans notre société par son pouvoir d’évasion, de décompression, d’amusement, de lien social…  est en danger !
En effet, la crise du coronavirus a un impact dévastateur sur les discothèques qui n’auront pu être ouvertes que la moitié de l’année au mieux. Ce secteur connaissant déja des difficultés économiques pour différentes raisons (concurrence déloyale, mesures prévantives…) ne pourra se remettre de cette crise sans être aidé.

La disparition des discothèques aurait des méfaits social important. Aussi bien au niveau personnel, en perdant ce droit de divertissement. Mais également au niveau de la communauté, car ce secteur emploi plus de 20 000 agents de sécurité pour encadrer une majorité de client de 18-25 ans rassemblés dans nos établissements et non éparpillés sur les espaces publiques. Ceux sont des véritables renforts pour les forces de l’ordre. Mais aussi au niveau économique. Car la fin des discothèques serait synonyme de perte d’emploi pour plus de 100 00 personnes, pertes de revenus pour l’État à travers les charges et cotisations, manque à gagner pour tous les artistes et entreprises de divertissement et équipement, …

C’est pour cela, qu’il est un devoir pour l’État d’intervenir rapidement pour le sauvetage de ce secteur !

LISTES DES MESURES ÉCONOMIQUE SOUHAITÉS :

Mise en place :

de l’annulation des charges et cotisations patronales pour l’ensemble de la période de fermeture ;

du passage au taux de TVA à 10% (comme c’est le cas pour les forains et certaines autres activités de loisir), à minima pour une certaine durée définie dans un plan de relance de l’activité.

de la reconnaissance de l’État du coronavirus comme un cas de force majeure pour les assurances. Les obligeants à verser 50%* de la perte d’exploitation. Ou la mise en place d’une aide compensatrice de l’État pour la perte d’exploitation à hauteur de 50%* ;
du maintien des mesures économiques prises.
*Calcul fait sur le CA mensuel de l’année précédente.

LISTE DES MESURES ÉCONOMIQUES PRISES :

Mise en place :

du chômage partiel ;

du report des impôts et cotisations ;

du report du paiement des loyers, des factures d’eau, de gaz et d’électricité ;


L'épisode 4 est en ligne ! Notre invité Clément alias Veronika Von Lear. Nous reviendrons également sur la transphobie supposée de JK Rowling, des rumeurs sur l'application Stop Covid et des actions durant le mois des fiertés. À écouter sur L'anonyme Podcast.

d’une aide de 1 500 euros grâce au fonds de solidarité financé par l’Etat et les Régions ;

d’un soutien de l’Etat et de la Banque de France (médiation du crédit) pour négocier avec sa banque un rééchelonnement des crédits bancaires ;

du prêt garantie par l’État ;

de l’appui au traitement d’un conflit avec des clients ou fournisseurs par le Médiateur des entreprises.

HISTORIQE DES ÉVÈNEMENTS A LA SUITE DE L’APPARITION DU COVID-19 :

Le 30 Janvier 2020, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) prononce l’état d’urgence de santé publique de portée internationale.

Le 26 Février 2020, le premier patient infecté par le virus en France décède.

Le 2 Mars 2020, l’État français décrète le passage au stade 2 de l’épidémie (entrainant notamment l’annulation de tous évènements rassemblant plus de 5 000 personnes dans un espace confiné. Mais incitant au non-port du masque pour la population n’évoluant pas dans le milieu médical).

Le 8 Mars 2020, les rassemblements de plus de 1000 personnes en France sont interdits.

Le 13 Mars 2020, les rassemblements de plus de 100 personnes sont interdits sur le territoire français.

Le 14 Mars 2020, les lieux recevant du public et considérés comme non indispensable à la vie du pays sont fermées.

Le 17 Mars 2020, la France décrète le passage au stade 3 de la pandémie et la mesure de confinement pour les Français entre en application.

Le 30 Avril 2020, l’État autorise la vente grand public de masques, jusque la non recommandée.

Le 11 Mai 2020, mise en place de la première phase de déconfinement (autorisant à se déplacer jusqu’à 100km de son domicile et à se rassembler jusqu’à 10 personnes dans le cadre privé).

Le 2 Juin 2020, phase 2 du déconfinement (autorisant la réouverture de la majorité des commerces, bars, restaurants… en respectant les protocoles sanitaires définis).

Le 22 Juin 2020, les derniers établissements fermés (cinémas, centres de vacances, casinos, salles de jeux) pourront rouvrir et les sports collectifs reprendre.

Le 11 Juillet 2020, les stades, hippodromes, salle de spectacle et les sports collectifs pourront rouvrir avec une jauge de 5 000 personnes maximum. À l’exception des établissements pouvant accueillir des foires, expositions et salons et les discothèques pour qui leur réouverture n’est pas prévue avant septembre 2020.

Pour signer la pétition, c’est ici !

Ici, une petite réclame :

.

Par publié le 22 juin 2020

Rédacteur sur le site actu.inverti.fr & Podcasteur de L'anonyme Podcast.

Donnez votre avis !

Read previous post:
TPMP : Matthieu Delormeau quitte l’émission !

Le chroniqueur quitte l'émission qui lui a permis d'arrêter de jouer à l'animateur hétérosexuel, au gendre idéal de 35 ans....

Close