inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !


Beyrouth est en sang. Beyrouth et le chant des ruines…

Catégories : Actualités LGBT · Europe · Homophobie · Monde · Politiques · Transphobie

Ici, une petite réclame :

Inverti soutient toutes ses soeurs et frères LibanaisES.

Hier, mardi 4 aout 2020, ce sont plus de 2750 tonnes de nitrate d’amonium entreposés sur le port de Beyrouth qui ont explosé.

Un drame pour toute la communauté humaine.

Ce sont plus de 100 personnes qui sont décédées selon les derniers chiffres de la Croix Rouge libanaise, dans ce drame national, voir international ; ce deuil pour la communauté humaine.
Ce sont trois quartiers entiers qui sont rayés de la carte de Beyrouth, de cette si belle cité.
Ce produit, en France, nous le connaissons. Nous avons tous en mémoire l’enfer qu’a vécu Toulouse avec l’usine AZF.
Là, c’est dix fois pire.
Ces explosions ont été ressenties par leur souffle jusque Chypre distante de 200 kilomètres.
Selon un institut américain de géophysique, cela correspond à un séisme d’une mplitude de 3,3 sur l’échelle de Riechter.
Les immeubles on tremblés, les vitres on texplosé, trois quartiers, je réitère, ne sont plus que gravats.

Un état délétaire.

C’est sans doute la cause ou pour le moins la conséquence directe de cette double explosion.
Car hélas, jamais depuis le milieu des années 80, le Liban ne s’est réellement remis de cette guerre sur son territoire entre formentée et fiancée par des puissances étrangères.
Pire même, aujourd’hui, l’enemble de l’économie, des institutions et du peu d’étatrégalien qu’il reste est entre le mains, de factions,  clans, familles, ou pourquoi pas l’avouer de “diasporas” politiques ou religieuses soutenues par des états tiers ou des mafias.
Cette terre, symbole de la Nouvelle Jérusalem, est tuée sans vergogne par des factieux ou extrémistes de tous bords.
Cette terre pleure des larmes de sang.

Le Liban et les LGBTIQ+.

Ce pays, plein de contradictions, n’est pas tendre avec l’homosexualité de façon théorique, voir pratique.
Contrairement aux idées reçues, seul 6% de la population accepte l’homosexualité. En comparaison, elle acceptée à 26% en Algérie et 21% au Maroc, selon une étude publiée en 2019..
Dans le même temps, en 2014, un juge a acquité une jeune femme trans, dont l’était civil la considérait toujours comme homme, et qui était accusée de relations homosexuelles. La cour a considéré que “l’homosexualité est une exception aux règles, mais qu’elle n’est pas contre nature puisqu’elle fait partie de la nature.”
Et en 2018, un couple gay a été acquité par la cour d’appel de Mont-Liban, accusé “d’atteinte à la pudeur publique”.
Il est notable de rappeler que le code pénal libanais hérité du protectorat français, condamne l’homosexualité selon l’article 534 du dit code qui se définit comme suit et interdit “les relations sexuelles contraire aux loi de la nature”.

Rappelons que selon le même code, jurisprudence fait loi.

 

 

 

Crédit photographique : France 24.

 

Ici, une petite réclame :

Ce sujet vous a plu ? Retrouvez d'autres articles dans les catégories suivantes : Actualités LGBT · Europe · Homophobie · Monde · Politiques · Transphobie

.

Par publié le 05 août 2020

Donnez votre avis !

Read previous post:
Tandis que calomnie et malhonnêteté pulullent sur les réseaux sociaux, durant ce temps, l’enfer, une fois encore s’abat sur le Liban.

Pauvres petites choses riches. Car celles et ceux qui viennent''nous'' accuser, nous inverti, France Télévisions où tous les acteurs ou...

Close