Suite aux annonces, un calendrier est susceptible d’être appliqué à partir de la mi-Mai.

Tout est sous condition, voici la seule phrase qui faut avoir en tête. Même si le Président de la République a fait annonce de réouvertures, attention à ne pas oublier la condition de re-re-fermeture. Si dans les départements, l’épidémie remonte en flèche ou si elle dépasse le nombre des 400 infections par jour pour 100 000 habitants, alors tout restera fermé.

3 mai : rien ne change ou presque.

À partir de lundi 3 mai, il n’y a que la limitation de déplacement qui est retirée en journée. Le couvre-feu reste à 19h. L’attestation est également retirée la journée même si dans la pratique, c’était déjà le cas.

19 mai : la mauvaise blague.

Quinze jours où il va falloir s’armer de patience. Le couvre-feu passe à 21h. Les magasins dits non essentiels vont pouvoir rouvrir avec un nombre d’accès restreint. Les terrasses vont pouvoir rouvrir, avec une jauge pouvant descendre à un tiers de leur capacité maximale.

Les bars et restaurants vont pouvoir rouvrir donc, mais attention à l’heure. Certains responsables ont déjà annoncé que leurs établissements resteront fermés.

9 juin : un début de liberté.

Le couvre-feu passe à 23h. Les salles de sports, salles de remise en forme et détente pourront rouvrir. Toujours en demi jauge et sans contact. Il en de même pour les salles fermées des restaurants et bars. Hâte de voir ce que ça va donner dans les bars cruisings ou les saunas. L’utilisation du pass sanitaire ou d’un test PCR récent pourrait peut-être être exigé.

30 juin : plus de couvre-feu.

Cette date pourrait marquer la fin du couvre-feu et aussi du début des vacances.

Il faut tout de même souligner que les discothèques sont toujours les grandes oubliées de ce déconfinement sur deux mois. La vie d’avant restera hélas toujours et encore dans le passé.

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Lire les articles précédents :
Pologne : Une ville se retire du mouvement homophobe et transphobe « Free LGBT ».

La ville de Krasnik se retire du mouvement « Free LGBT » afin de redorer son image et éventuellement récupérer...

Fermer