inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !


Disney s’attire les foudres des homophobes… et de certains gays !

Catégories : Actualités LGBT · Faits divers

Ici, une petite réclame...

Disney fait un nouveau pas vers la visibilité LGBTi mais pas assez grand et ni assez vite pour certains.

Difficile de plaire à tout le monde, même quand nous faisons une bonne action. Ceci doit être la pensée des responsables de la Com’ au parc Disneyland Paris. En effet, pour annoncer leur ré-ouverture, Disneyland Paris a diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo où nous voyons le fameux château rose accompagné de la bande originale de la chanson de Blanche neige : Un jour mon Prince viendra…

Disneyland Paris a osé également la visibilité LGBTi car l’extrait est chanté par un homme pour finir sur le sourire d’un enfant heureux à la perspective de retourner à Disneyland Paris.

Forcément les homophobes sont très vite montés au  créneau mais pas seulement. Plusieurs militants LGBTi ont dénoncé cette vidéo Pinkwashing en rappelant que Disney continuait d’exclure les personnages LGBTi et en cédant facilement à la censure.

Quoiqu’il en soit, nous pouvons tout de même saluer cet nouvel effort de la part de Disney vers toujours plus de diversité sans oublier tout de même, que c’est un beau coup de com’ pour le parc qui est, comme beaucoup de parc Disneyland, très apprécié des personnes LGBTi.

Et puisque ça énerve les homophobes et certains militants LGBTi, nous avons fini par céder et à en faire un article.

Ici, une petite réclame :

Ce sujet vous a plu ? Retrouvez d'autres articles dans les catégories suivantes : Actualités LGBT · Faits divers

.

Par publié le 04 juillet 2020

Rédacteur sur le site actu.inverti.fr & Podcasteur de L'anonyme Podcast.

Donnez votre avis !

Read previous post:
Croix Gammée taggée sur le mur d’un bar gay en plein cœur de la Capitale !

Des nazis ou des abrutis ? En tout cas ils sont surtout homophobes. Dans la nuit du jeudi au vendredi...

Close