Géorgie : le début d’un soulèvement ?

Journalistes, personnes LGBTi, oppositions, le peuple géorgien va-t-il se soulever contre son gouvernement ?

Depuis des semaines, voire des mois, les journalistes sont pris à partie et la liberté journalistique est souvent remise en cause. Ce week-end, la haine a refait un bond en avant. Il y aurait dû y avoir une marche des fiertés pour demander et revendiquer des droits pour l’équité envers les personnes LGBTi et les personnes hétérosexuelles.

Cette marche a été annulée par les organisateurs par crainte de débordements. Il y a tout de même eu 8 000 personnes réunies devant le parlement dimanche 12 juillet afin de défendre les libertés collectives et demander la démission du gouvernement.

Des journalistes menacés et tués.

Plusieurs journalistes ont été menacés de mort. Certains, comme Alexandre Lachkarava, ont été retrouvés morts. Il en est de même pour les militantes et militantes LGBTi. Le gouvernement Géorgien se dit étranger à toutes ces attaques.

Karl Hertzel, ambassadeur de l’UE en Géorgie a tenu à déclarer dans un communiqué :

Laissez-moi réitérer la ferme condamnation de l’UE de toute violence et notre soutien ferme et inébranlable à la liberté de la presse et de réunion.

Il en est de même pour l’ambassadeur des États-Unis :

La sécurité de chaque journaliste géorgien et la crédibilité de la démocratie en Géorgie exigent que chaque individu qui a attaqué des citoyens pacifiques et des journalistes (…) soit identifié, arrêté et poursuivi.

Des déclarations fortes, mais pas certain que ça perturbe la politique du gouvernement géorgien. À l’heure où nous écrivons ces lignes, le gouvernement est toujours en place.

Crédit image : OSM

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Lire les articles précédents :
Culture : Conclave story !

Une comédie déjantée à voir au festival d'Avignon et dans toute la France. Imaginez une émission de télé-réalité dans le...

Fermer