Le fondateur du Refuge et l’ancien directeur général ont été mis en examen : Nicolas Noguier pour harcèlement sexuel et viol, Frédéric Gal pour harcèlement sexuel.

Depuis la diffusion de témoignages dans le média Médiapart, les deux anciens dirigeants du Refuge sont visés par plusieurs plaintes. Depuis février 2021, une enquête est ouverte par le parquet de Montpellier.

Jeudi 20 janvier, Nicolas Noguier et Frédéric Gal ont été présentés au parquet à l’issue de leurs gardes à vue. L’ancien président et fondateur du Refuge, Nicolas Noguier, a été mis en examen pour un fait de viol et un fait d’agression sexuelle.

Frédéric Gal, ancien directeur général, vient de l’être pour deux faits de harcèlement sexuel. Tous deux ont également été mis en examen pour travail dissimulé et harcèlement moral sur plusieurs salariés et bénévoles de la fondation Le Refuge, précise le procureur de la République de Montpellier, Fabrice Belargent.

Nicolas Noguier et Frdéric Gal ont été placés sous contrôle judiciaire avec notamment interdiction d’entrer en contact avec les plaignants et interdiction d’exercer une activité en contact régulier avec des mineurs ou des personnes vulnérables.

Les deux mis en cause rejettent toutes les accusations. Les investigations vont désormais se dérouler dans le cadre d’une information judiciaire.

Plusieurs témoignages sérieux et crédibles ont été retenus.

Une vingtaine de personne ont témoigné indique le Ministère Public concernant le harcèlement moral exercé par le couple. Les plaintes font état d’un très large recours au bénévolat pour exercer des tâches qui auraient normalement dû être dévolues à des salariés ainsi que de comportements susceptibles de relever du harcèlement moral de la part des deux mêmes dirigeants et au préjudice tant de bénévoles que de salariés.

Cinq personnes ont également témoigné contre le couple pour harcèlement sexuel et viol détaille le Procureur de la République.

Dénonciation calomnieuse.

Les avocats de Nicolas Noguier, Stéphane Fernandez et Sahand Saber, ont annoncé dans la presse (Midi Libre et Le Parisien) faire appel de l’ordonnance de mise en examen à l’encontre de son client, particulièrement pour l’accusation de viol. Nicolas Noguier a également porté plainte pour harcèlement sexuel et dénonciation calomnieuse.

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2022 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Créer un compte