Homophobie : agression à Paris, où en est l’enquête ?

Son visage a été diffusé dans tous les JT pour montrer que l’homophobie était toujours violente et présente, même à Paris.

Le visage tuméfié, sa photo est devenue rapidement virale sur les réseaux sociaux, puis reprise à la télévision. Arnaud Gagnoud a tenu témoigner sur l’homophobie toujours présente en France mais également dans la Capitale, pourtant décriée comme capitale Gay Friendly. Or, depuis plusieurs mois, les agressions homophobes et transphobes se multiplient.

Mardi 18 septembre, Arnaud Gagnoud et son copain s’enlacent dans les rues de Paris. Un groupe de garçons les interpellent alors, les insultent, puis les passent à tabac. Arnaud Gagnoud va alors porter plainte et deux suspects ont été interpellés.

Le jeune homme se veut fataliste :

J’ai un ami qui s’est fait agresser, tabasser en plein Paris, au mois de mai. Un autre ami qui s’est fait aussi tabasser en province au mois de juillet. On sait que du fait de notre homosexualité on se fera au moins agresser une fois dans notre vie.

Cette nouvelle agression illustre un triste chiffre. Selon les chiffres de la Police, les agressions homophobes ont augmenté de 15% en 2017 par rapport à l’année 2016. Plus visibles, les homosexuels deviennent davantage une cible. À Limoges par exemple où une étudiante transsexuelle a été agressée sur le parking d’un supermarché. À Bully-les-Mines, dans le Pas de Calais, en mai dernier, un couple homosexuel a vu leur maison incendiée alors que le couple était à l’intérieur.

Et la suite ?

La police a arrêté deux frères dont un mineur par rapport à l’agression d’Arnaud Gagnoud sur les six agresseurs. Hélas, il est difficile de retrouver les agresseurs qui agissent le plus souvent le visage caché ou à l’abri des regards. Espérons que l’enquête de la police permette de retrouver l’ensemble des agresseurs et de les condamner pour leur agression clairement homophobe.

Donnez votre avis !

Lire les articles précédents :
Un marquis à la dérive sur le net : j’ai traversé la rue…

J'ai traversé la rue. De l'ombre, je suis passé à la lumière. Pardon au soleil. Merci cher Manu. Par contre,

Fermer