Homophobie – Justice : 4 ans de prison seulement pour avoir poignardé et laissé pour mort sa victime.

Votre vie ne vaut pas plus de quatre ans de prison dont 16 mois de sursis.

Difficile de comprendre la peine émise à destination du jeune de 21 ans ayant poignardé sa victime lors d’un guet-apens. Souvenez-vous, en 2019, un utilisateur de l’application de rencontre gay Smax se rend à Drancy afin de rencontrer un autre homme. Hélas, ce n’est pas un mais quatre qui débarquent.

La victime est frappée, ses effets personnels dont les clefs de voiture sont volées et la victime a été poignardé au ventre. La victime est laissée pour morte au sol et c’est grâce à l’alarme de sa voiture que le voisinage va pouvoir lui porter secours.

Trois des agresseurs étaient mineurs au moment des faits, le quatrième était à peine majeur.

Le jugement

Lundi 10 mai, le tribunal correctionnel de Bobigny a reconnu le caractère homophobe de cette agression, et condamné le prévenu majeur au moment des faits à quatre ans d’emprisonnement dont 16 mois assortis d’un sursis probatoire pendant trois ans (obligations de travail, domicile, soins et d’indemniser la victime et interdiction d’entrer en contact avec cette dernière), a indiqué le parquet. Le jeune adulte a déjà passé deux ans de prison dans l’attente de son jugement. Il a donc été placé sous bracelet électronique.

Les deux autres suspects, mineurs au moment de l’agression, doivent eux comparaître devant un juge des enfants.

Les associations qui se sont portées parties civiles Mousse, Stop Homophobie et Adheos du danger de la remise en liberté du principal accusé qui n’a pas semblé avoir pris la mesure de la gravité de ses actes.

Ici, une annonce :
0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Lire les articles précédents :
Jésus est pédé ! La fausse polémique du tribunal éthique.

Le CSA et le Conseil d'État ont tranché, il s'agit bien de la satire, rien de condamnable. Nous sommes Charlie....

Fermer