inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !

Homophobie : le Gabon “à la tête de l’Afrique des singes”.

Catégories : Actualités LGBT · Faits divers · Homophobie · Monde · Politiques

Le Gabon dépénalise l’homosexualité par la volonté de son gouvernement et de son Parlement. Les fous, les haineux sont internationaux.
Nous connaissions l’Armée des singes, la planète des singes, mais çà, c’était du cinéma. Là, c’est un autre cinéma, c’est celui de l’homophobie, celui qui tue dans la vraie vie.  C’est celui d’une  Afrique conservatrice, provocatrice, “raciste” ainsi qu’une homophobie politique et partisanne qui s’exprime au Gabon. Certains médias locaux n’hésitent pas à qualifier le personnage “d’ivrogne qui décrédibilise les politiques gabonais”.

Son chantre se nomme Mouang Mbading.

Il est soit disant professeur de philosophie. Nous plaignions ses élèves. Cet homme est le premier Secrétaire du Mouvement d’émancipation socialiste du peuple (MESP). A Libreville,  Jean-Victor Mouang Mbading a dézingué le pouvoir à propos de la dépénalisation de l’homosexualité. «Le Gabon s’est mis à la tête de l’Afrique des singes. Le Gabon est à l’avant-garde sur ces questions de l’Afrique des singes pour avoir singer ce que l’occident demande contre nous».

Une diatribe sortie d’un autre âge. De celui qui mélange une volonté révolutionnaire post colonialiste et qui dans le même temps appelle sur fond religieux ou tribal “ancestral” au discours plus fantasmé que bien réel. Qui connait vraiment en dehors “des études” coloniales les vraies modes de vie de ces personnes, tribus  ? Ces nations qui n’exitaient pas mais qui ne se constituaient qu’au gré des volontés occidentales ou des guerres que ces puissances coloniales entretenaient sur leurs propres territoires.

Ces sociétés étaient elles si ”sauvages”en les comparant à ce qui se produisait dans ces pays dit civilisés ? Ces guerres parfois même, cette haine de l’Autre, les colons n’ont pas hésité à l’exporter dans ces colonies.  

L’histoire moderne et récente nous démontre qu’hélas des “personnages”, comme aujourd’hui Mouang Mbading n’hésitent pas à surfer sur ces vieux démons. Que les états africains qui sont adultes et, qu’en résponsabilté, puissent évoluer vers des démocraties pacifiées et acceptant tous les membres. Pour des personnages comme cet énergumène, cette image de sa société le terrifie.

Le mensonge comme seule argumentation pour ce politicien de l’extrème.

Ceux qui ont défendu cette position en considérant qu’«ils sont des hommes libres et qu’ils ont exprimé leur liberté et leur avancé vers la liberté», «n’ont pas dit la vrai cause, les vrais motifs, les vrais mobiles de l’adoption de l’homosexualité».
Pour lui, le fond du problème est ailleurs. «Les puissances impérialistes voient dans l’homosexualité un moyen d’imposer à nos pays dépendants leur politique malthusienne, leur politique de la dénatalité, qui empêche la natalité dans notre pays». Mouang Mbading affirme que pour eux, «s’il y a beaucoup de gens dans notre pays, c’est une armée de révolte contre eux, contre les puissances impérialistes». «Il faut donc tout faire pour qu’il n’y ait pas d’enfants, qu’il n’y ait pas de jeunes».

Deux siecles sont passés par là. 

Le Gabon est indépendant depuis le 17 août 1960.
Il serait bientôt temps que la victimisation systématique ne soit plus le prétexte, là en l’occurrence ignoble, pour tenir des propos plus stupides et haineux que fondés sur un vrai socle d’identité nationale ou philosophique. Oui, la haine, n’a ni origine, ni pays, ni continent, ni couleur de peau. Elle fait fi de tout, surtout de la vérité et se sert de mensonges pour survivre.

Ce personnage ne copie pas les occidentaux. Il se nourrit de la haine venue de Russie, de Pologne, de certains pays d’Afrique ou du Moyen Orient, du courant de pensées racistes et homophobes de certains haineux des Amériques aussi
Il fait sienne la même haine internationaliste vouant un culte méprisant du monde d’aujourd’hui basé sur le culte d’un monde disparu. 
C’est vrai qu’il est plus facile de faire croire au grand méchant loup ! qu’à la victoire du Petit Chaperon Rouge. Sans tomber dans l’idéalisme, du monde des bisounours, le respect de l’Autre est tout de même plus aisé à défendre que le grand écart d’un mix de haines venant tant de l’extrême droite que d’un stalinisme mort et enterré avec le dictateur.

Certains pourtant y arrivent très bien en s’identifiant aux pires personnages de l’Histoire et leurs idéaux.
Que de grands individus comme Aimé Césaire,  L.S. Senghor, Chimua Achebe, Nelson Mandela, Patrice Lumumba, Cheik Anta Diop et tant d’autres qui rêvaient d’une grande Afrique unie et solidaire doivent se retourner dans leurs tombes.

Une belle et grande Afrique indépendante et cultivant l’humanisme et le respect de l’Autre, au dela de la corruption et des enjeux personnels, ne doit pas pour ce continent être une vaste utopie mais bien au contraire la voie de la sagesse “révolutionnaire”.

Signé de deux “petits” français, blancs de peau, qui n’ont connu le colonialisme, qui n’ont jamais fantasmé du retour d’un quelconque néocolonialisme mais qui ont toujours aimé s’enrichir de la beauté des autres cultures et qui se rebellent contre celles et ceux qui veulent les détruire, même, in vivo !

Source : Gabon.actu

Ce sujet vous a plu ? Retrouvez d'autres articles dans les catégories suivantes : Actualités LGBT · Faits divers · Homophobie · Monde · Politiques

.

Par publié le 23 août 2020

Twitter : @MarkBach5

Donnez votre avis !

Read previous post:
L’homophobie a de beaux jours devant soi. France, Belgique, Pologne : Trois pays, trois traitements différents face à l’homophobie.

Il ne passe pas une journée sans que nous ayons écho d'une agression homophobe. Aucune ville de France n'est épargnée....

Close