La Provence, homophobe ? Enzo est encore souillé.

Vendredi en début d’après midi un article paraît en ligne sur ce média écrit régional : La Provence. Il parle de harcèlement scolaire. La présentation de la situation d‘Enzo et de sa maman Lila est plus qu’alarmante. La Provence est-elle homophobe ? Sectaire ? Volontairement biaisée ? Marseille serait-elle une terre d’exception et de discrimination ? Serait ce une terre de mafia organisée autour des ”gens” bien installés ?

La Provence ou ses journalistes sont-ils homophobes ?

À la lecture du petit paragraphe qui est consacré à la souffrance de la réalité de ces deux personnes que sont Enzo et Lila, sa maman, je ne peux que me poser cette question.  Je vais bien sur transmettre mon édito à ce titre régional. Un droit de réponse s’impose. Sauf s’ils sont lâches.

La Provence ou ses journalistes emploient-ils les bonnes méthodes ?

Car, il n’y a pas que la lecture des propos orientés qui posent question. Car, cela est vrai. Puisque c’est aussi un choix éditorial que de souiller une victime et sa maman, nous semble-t-il. Dans d’autres pays cela se nomme homophobie. En France, cela se nomme information. Je vais être honnête. J’ai la sensation de lire Valeurs Actuelles écrit par LMPT, Boutin et Poisson réunis.

Mais au-delà de la manière dont ont été relatés les faits.

Quel vrai journaliste va se permettre de faire des captures d’écran et photographier à son insu le téléphone d’un enfant de 13 ans ? Quel personnage peut avoir la souillure d’esprit de photographier des documents déposés sur une table basse et ainsi tromper la confiance d’une personne interviewée ? La Provence, il semblerait.

Quel journaliste va se permettre de dire a une mère qu’elle ”un enfant qui traite un autre de PD, ce n’est pas grave. Qu’il n’y a pas de quoi en faire une montagne.” La Provence, a priori !

Quel humain va se permettre de donner des conseils éducatifs à une mère en détresse face à son enfant harcelé depuis cinq ans ? Un personnage de La Provence, selon toute vraisemblance !

”Mark, je suis triste” !

Ce sont les termes qu’Enzo m’a envoyés ce samedi matin suite à la lecture de l’article. Et je vous passe le reste de l’heure d’entretien que j’ai eu avec lui.  J’ai oublié l’essentiel. J’oublie  de bien vouloir lui demander d’accepter mes excuses pour la haine et la folie humaine à son encontre et pour sa maman.

Enzo : Harcèlement scolaire…

Voici, le premier article que je voulais malgré tout plein d’espoir pour Enzo. Conter sa souffrance sans faire dans le misérabilisme.  Cet édito, c’est un peu plus.

J’ai honte pour ce torchon.

Je ne crois pas que ni Bernard Tapie, ni Stéphane, son fils accepteraient cette lecture de l’histoire.

Enzo est un merveilleux garçon. Il est un collégien sans histoire. Il est un élève studieux et apprécié de ses professeurs. Il est un garçon qui offre respect, bienveillance et beaucoup d’intérêt à l’autre.

Comme beaucoup de garçons de son âge, il doute. Comme beaucoup de garçons de son âge, comme chaque garçon de son âge, il est différent. Oui, il est ”dys”. Il est tenu pour avoir des résultats d’excellence, comme il les obtient, de travailler avec un ordinateur en classe !

Oui, en plus, il est aussi homosensible. Mais à treize ans, ce n’est certainement pas ce qui le définit.

Ce qui le définit, c’est que lui, il respecte l’Autre.

Et pour être lui, du haut de ses treize ans, il doit en trouver du courage. Et ce chaque jour, à chaque heure, à chaque minute, il doit affronter son monde de jeunesse et la haine des adultes qui l’agresse.

Pour preuve, voici des enregistrements des insultes qu’Enzo reçoit.

La haine n’a aucune place dans nos vies.

Enzo, Lila, nous allons ensemble écrire une belle histoire, une histoire de vérité, avec Timothé, David et d’autres, je le souhaite. Enzo, ton avenir t’appartient. Tu es de ma famille. Tu es de la famille de personnes exceptionnelles telles qu’Alexandre Jollien, Abdellah Taïa, Jean d’Ormesson. Oui, tu ressembles à des acteurs tels que  Romain Poli, Mike Fédée ou Sohan Pague. Tu es de la veine de personnes comme certains, à toujours te soucier de l’autre comme mon Frère Jean-Michel+,  mes frères humains Alexandre Marcel ou Max Dray.

Enzo, tu as ta vie devant toi. Par trois fois, tu as voulu y mettre fin. Je sais que tout comme moi, les personnes susceptibles nommées et ta maman en premier, toi également, nous voulons que tu sois toi. Tu as la plus belle des familles visible et invisible. Nous sommes fiers et honorés de t’avoir comme frère humain et plus pour moi mon merveilleux bouton d’or humain.

Attendons la réponse de l’enfer, de ce brûlot.

 

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Créer un compte