Orban n’a toujours pas compris que nous ne devenons pas homo ou trans en regardant deux personnes s’embrasser à la télévision.

Certaines personnes l’ignorent encore, mais si nous sommes homos, c’est que nous aimons un minimum le même genre et sexe que nous, à différent degré. Ce n’est pas en regardant deux hommes s’embrasser que nous allons soudainement avoir envie d’une « bite ». Non, l’envie était déjà bien présente en nous, bien avant. Pire pour Orban, certains peuvent même être bi, un drame pour lui.

Pour les personnes transgenres, Orban, c’est la même chose. Des personnes ne sont pas dans le corps physique qu’elles inspirent. Tout comme la sexualité, être bien dans le corps que nous avons, ça ne se choisit pas, ça ne se guérit pas et ça ne se transmet pas comme un virus ou une comme une maladie mentale.

Protéger les enfants.

La Hongrie est officiellement poursuivie par la commission, comme l’a indiqué un communiqué le vendredi 15 juillet :

La Commission considère que la loi viole les règles du marché intérieur, les droits fondamentaux des personnes (en particulier les personnes LGBT+) ainsi que (…) les valeurs de l’UE.

La Hongrie a adopté en juin 2021 une loi interdisant « la représentation ou la promotion de l’homosexualité et du changement de sexe auprès des mineurs », une loi copiée sur le voisin russe. À cela, le gouvernement hongrois veut aussi interdire les radios ne faisant pas correctement la promotion du gouvernement. Décidément, une nouvelle mesure très proche du voisin russe.

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2022 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Créer un compte