La dernière ”môme”. La dernière Chanteuse de rue n’est plus. Mais qu’est ce donc ?

Oui, la dernière chanteuse de rue n’est plus.

C’est réellement con. Mais j’ai envie de pleurer. Officiellement, je viens d’apprendre que l’enfance, l’innocence de mes parents étaient révolues.
C’est sans doute ce pourquoi je n’aime pas les anglais…

Allons plus loin, voulez vous ?

Grâce à mon ami Matthieu Moulin et à Marianne Mélodie, vous pouvez éternellement la retrouver.

Comment vous décrire ce Paris perdu ?

C’est celui de Doisneau, en noir et blanc où tout n’était pas gris.
C’est le Paris que je n’ai pas connu et que pourtant j’ai pu croiser dans le regard nostalgique de ma grand-mère qui n’aime pas se souvenir de ses années de jeunesse.
C’est tout un monde grouillant, sifflant ou chantant qui autour des Halles ou dans les quartiers populaires qui a disparu.

D’où pensez vous que le ”personnage” Fabrice Luchini vient ? Souvenez vous de Pascal Sevran qu’elle a aidé à démarrer…
De cette France là, de ce Paname là.

Amie du populo,
Amie de la poésie,
Amie de Maurice Chevalier,
immortalisée par R.Doisneau porte voix à la main.

Elle connut un succès d’estime dans les années 50 et 60. Elle s’est éteinte à 103 ce dimanche.

Salut lady Paname !
Au revoir Madame.

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Créer un compte