La Fondation Le Refuge est dans la tourmente.

Médiapart a dévoilé une enquête à charge sur la Fondation. Le contenu est édifiant, stupéfiant, glaçant. Cela va du harcèlement aux dépenses somptuaires. ”broyés”, ”humiliés”, ”usés”.

La Fondation au service des jeunes LGBTIQ isolés ?

C’est hélas la réaction, la question que depuis déjà longtemps beaucoup se posent. Beaucoup de bruits circulaient sur certains agissements, comportements de la part de l’équipe dirigeante ou pour d’autres raisons, de certains membres.

Nous avons contacté Nicolas Noguier. Dire que pour nous faciliter la tâche afin d’écrire cet article, c’est bien l’inverse que nous avons, avec stupeur, obtenus. Nous ne savons pas d’ailleurs comment réellement le prendre ?

Enfin si, nous savons.

Mais, certainement pas comme une marque de transparence et de dialogue. Pour rassurer Nicolas Noguier, oui, nous savons lire.  Nous en remercions nos excellents enseignants de primaire. Mieux encore, nous comprenons ce que nous lisons. Nous en remercions l’ensemble du corps professoral jusqu’à l’universitaire, nos autres éducateurs et parents qui nous ont permis d’acquérir conscience et dissernement.

Entre sourire, rire jaune et malaise.

Sourire, car lire que des bénévoles se sentent exploités, là, cela ressemble à du Ubu. En même temps, il y a un profond malaise sur le comportement de certains responsables ou correspondants avec les bénévoles. À qui la faute ?
Car effectivement, être bénévole, c’est accepter de faire des heures en plus de son emploi, sur son temps libre, soir, nuit, jours de repos ou de vacances inclus. C’est le principe même du bénévolat. Là où cela coince, c’est lorsque les responsables vous harcèlent car vous ne donnez pas assez. Que vous n’en faites pas assez.
Car un bénévole donne en fonction de ses capacités, de ses possibilités. Et aucun ne donnera certainement pas plus selon la volonté harcelante de dirigeants. Ceci ayant été reconnu devant les tribunaux. Même si Nicolas Noguier aurait bienvoulu en traîner certains devant les tribunaux.

Lire que certainEs n’ont accepté de témoigner que de façon anonyme…  Autre évidence de malaise.

Certains propos raportés par Médiapart de Frédéric Gal ou d’autres responsables sont pourtant au mieux ignobles. Pire, ils ne laissent aucun doute puisque seul le dédain, le silence ou le déni sont là seule réponse de la direction. Et nous avons lu plusieurs fois.

En relisant plusieurs fois l’article, nous pouvons également constater… une utilisation frauduleuse de l’image des jeunes hébergés à minima. Diffuser leur photo sur les réseaux sociaux sans leur accord, parfois, ainsi en les exposant a mort, est ce cela les mettre à l’abri ?

Nous pouvons lire et relire que ”’héberger” n’a pas le même sens au Refuge. Ça signifie même parfois remettre des jeunes dans la rue.

Nous pouvons lire et relire que des manques cruels de travailleurs sociaux pour accompagner les jeunes est plus qu’évident.

Nous avons lu et relu que sont remis en cause les frais de déplacements des responsables nationaux. Cela fait sourire aussi. Par contre, lire et relire dans le même paragraphe que l’une des vice présidentes et administratrice, Françoise Laborde, a refusé de valider les comptes de l’association entre autres raisons pour ce motif, cela laisse plus que perplexe, même en relisant plusieurs fois ce passage.

Rire jaune et malaise.

Comment aborder cette épineuse question de l’ambiguïté des propos, attitudes et gestes plus que déplacés de Frédéric et Nicolas ?
Car, même en relisant plusieurs fois, ce n’est pas une, ni deux ou trois personnes qui rapportent des attitudes très déplacées, suggestives, voir abusives… Même des tiers, journalistes ou bénévoles, au mieux étaient surpris, beaucoup choqués.
Pour faire cru, se faire appeler”papa” et avoir des attitudes incestueuses est plus que problématique.

Oui, Nicolas Noguier, nous avons lu et relu.

Que penser de ce petit paragraphe parlant uniquement de vous ?
Vous auriez été jusqu’à harceler un membre du cabinet de François Hollande afin d’obtenir la Légion d’honneur ?!?
Vous auriez menti à propos de la baisse de subventions accordées par la Mairie de Paris ?
Mieux, face caméra, vous avez menti, à propos d’une fausse déclaration suite à l’émission du grand comique des égouts qu’est Hanouna en 2018.
Alors, ouî. Nous avons eu beau lire et relire, avoir de votre part une parole de vérité, cela n’aurait sans nul doute pas été de trop.

L’attachement d‘inverti à la cause, aux bénévoles et aux jeunes du Refuge est indéniable.
Mais, il y a quelque chose d’amer dans cette enquête qui ne passe pas en plus de votre silence ou dedain.
Pour être totalement honnêtes, nous sommes tristes.

L’enquête complète :

https://www.mediapart.fr/journal/france/151220/suivi-defaillant-des-jeunes-lgbt-equipes-humiliees-la-direction-du-refuge-gravement-mise-en-cause

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Créer un compte