inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !


L’Algérie est une terre de larmes pour tous les LGBT et la culture de l’avenir. Anouar Rhamani, le jeune auteur maudis se livre là où il le peut..

Catégories : Actualités LGBT · Homophobie · Monde

Ici, une petite réclame...

Lorsque célébrer le bonheur tourne au cauchemar.

Dans le cadre d’un échange avec le jeune auteur maudis algérien Anouar Rahmani
Ce dernier nous apprend que la veille de notre échange jeudi 23 juillet s’est déroulé une bien triste nouvelle pour la communauté LGBT algérienne.

Les services de la gendarmerie de Constantine, dans l’est de l’Algérie, ont procédé à l’arrestation de 44 individus accusés d’avoir participé à la célébration d’un mariage homosexuel. Les gendarmes ont fait une descente dans un appartement du quartier Ali Mendjli, où des dizaines de personnes – pour la plupart des hommes – participaient à une fête gay. Les services de sécurité ont interpellé 44 personnes.

Il faut préciser que les manifestations de soutien aux personnes de même sexe sont interdites. L’homosexualité est punie par l’article 338 du Code Pénal. Toute personne adulte “rendue coupable d’acte contre-nature” risque jusqu’à deux ans de prison et une lourde amende.


L'épisode 5 est en ligne ! Notre invité Yacine Djebelnouar Président de l'association Shams France. À écouter sur L'anonyme Podcast.

Les lois ont été renforcées pour interdire le mariage homosexuel et les manifestations de sympathie aux personnes de même sexe. Les autorités ainsi que la société rejettent les personnes soupçonnées d’homosexualité. Cependant, les arrestations sont rares car les personnes homosexuelles vivent le plus souvent cachées.

Anouar Rahmani, l’auteur maudis.

Nous vous avions déjà présenté Anouar au mois de février. Son procès est à chaque audience reporté. Il est accusé d ‘«insulte à l’encontre des responsables de l’État » algérien pour ses publications sur les réseaux sociaux. Ses écrits sont interdits de publication et même sa propre existence le transforme en paria au sein de la société algérienne.
Voici l’une de ses dernières publications qu’il poste régulièrement dur les réseaux sociaux. La rédaction d’Inverti lui apporte tout son soutien.

 

Quand j’écris, je me repose psychologiquement…”

L’écriture m’a sauvé de la folie, de toutes les tragédies, de l’injustice et la persécution que j’ai subi toutes ces années. J’ai été lapidé, frappé sur les routes, socialement isolé. J’ai subi des “avis” dans les mosquées. Une prière pour moi : La mort des mosquées, de certains journaux qui à l’aide de grandes pages m’ ont attaqué avec toutes les descriptions, le suivi sécuritaire et judiciaire. Il y a aussi eu la tromperie et la déception ressentie à cause  d’amis. J’ai aussi subi les pièges de professeurs ou collègues, le vol littéraire de la part des personnes les plus proches de moi. On m’empêche de voyager. Je suis contraint au chômage. J’ai  l’interdiction d’écrire, de publier. Et beaucoup d’autres cauchemars que j’ai vraiment vécu sans écrire. C’est ma seule respiration aujourd’hui, je serais fou sans l’écriture. Écrire est la seule chose qui me maintient en vie, peut-être que ce que j’écris n’est pas grand mais pour moi c’est tout , l’écriture est tout.

Ici, une petite réclame :

Ce sujet vous a plu ? Retrouvez d'autres articles dans les catégories suivantes : Actualités LGBT · Homophobie · Monde

.

Par publié le 25 juillet 2020

Donnez votre avis !

Read previous post:
PMA pour toutes, la route est encore longue et semée de 2 126 amendements !

Non vous avez bien lu, ce n'est pas une erreur de notre part. Vos député·e·s ne sont pas encore en...

Close