inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !

le 23 novembre, nous y sommes. Le 24, nous serons avec Estelle M.


19 novembre 2019 - lemarquis


Le 23 novembre, nous serons présents pour soutenir celles et ceux qui souffrent.
Le 24, nous serons avec Estelle…

CertainEs ”critiques” invitéEs se sont insurgéEs. Rassurez-vous, ces personnages étaient minoritaires. Mais, ces personnages ont osé.
”Comment une femme peut-elle oser faire cela ?!?”
”Par avance, c’est de la merde.
Surfer sur le fait que les violences faites aux femmes est cruel et dégueulasse.”
”Elle est soutenue par des conNEs.”

Mais oui, et comment, cette femme a le droit. Elle sait, elle connaît.
Et si elle, la victime, n’a pas le droit d’oser, qui a le droit ?

Mieux, elle a le droit de nous émouvoir, de nous faire sourire ou rire.
Vous en parler, cela serait bien compliqué.
”Pourquoi tu restes ?”
C’est le best off de ce qu’une ordure peut faire à une femme, un homme… un enfant. C’est le récit de la vie d’une victime. C’est celle d’Estelle.
À présent, je vais me taire, car je n’ai pas les maux justes.
Je laisse la main à une autre femme…
Ah si, un dernier truc.
Le samedi 23 novembre à Paris, nous ne pouvons pas laisser faire cela une fois de plus.
Aussi, soyons touTEs présentEs pour celles et ceux qui le peuvent. Tous les bouquets du monde ne valent pas un coup. Pas un seul coup n’est justifiable.
Un bouquet sur une tombe, c’est trop tard.
Pour les enfants, le 119.
Pour les adultes, le 3919.

Femme, être une femme…

“J’ai vu passer l’affiche de ce spectacle dans mon fil Facebook. L’affiche a fait écho dans mon crâne  à la mobilisation actuelle et à la prise de conscience de plus en plus aiguë des violences faites aux femmes, notamment dans un cadre conjugal. A ce jour nous déplorons plus de 136 décès. 136 meurtres, et l’année n’est pas terminée. 136, et ce n’est que le nombre de feminicides portés à la connaissance de la police et du public. C’est sans compter celles qui souffrent encore, parfois en silence. Mais comment peut-on violenter sa conjointe sans que rien ne bouge ? Ces femmes ne sont-elles pas un peu fautives ? Et puis, pourquoi elles restent ?

Estelle M va vous expliquer pourquoi elles restent, pourquoi il est si difficile de partir. Cette femme qui se tient devant vous a traversé un enfer, et c’est sur scène qu’elle s’exorcise, en nous livrant son témoignage. Grâce à elle, grâce à ses mots, grâce à son histoire, ce sont les rouages d’un système qui s’exposent au grand jour. Un système qui culpabilise celle qui reçoit les coups, et lui fait croire qu’elle est la seule coupable d’être victime. Estelle décrit point par point sa situation qui fait écho à celle de milliers d’autres femmes. Elle le fait avec beaucoup d’intelligence, pointant avec  subtilité les absurdités de notre législation. 

Billet réduc le place dans les spectacles d’humour. J’éviterais de lui coller cette étiquette car si la comédienne place quelques blagues bien amenées pour éviter que le public ne se disloque en sanglots, ce n’est pas très très joyeux. La prise de recul est réelle, mais l’émotion de l’artiste, à fleur de peau, se transmet à la salle. Le sujet n’est pas pris au 5ème degrés de la rigolade.

Elle n’insiste pas sur les violences, mais réussit à nous partager cette peur insidieuse. Elle nous parle aussi de l’après vie maritale, une fois que l’on a porté plainte. Un parcours du combattant qui demande une énergie de vie incroyable.

Ce seul en scène est le témoignage lucide et bouleversant d’une femme courageuse, qui a su faire de son histoire d’amour brutalisée, une corde de plus à son arc. C’est peut être une manière de thérapie, mais c’est aussi éveiller le public à ces vies qu’elles n’ont pas voulues, aux amours blessés, aux corps vandalisés, aux dignités foulées aux pieds. Et puis, c’est un très bel hymne à l’amour de soi.”

C’est où ? Le Sentier des Halles –  50 Rue d’Aboukir 75002 (Métro Sentier)

Donnez votre avis !

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Un père séduit le compagnon de sa fille et déclenche des propos homophobes sur Closer.

Un banal fait de famille devient un prétexte à l'homophobie. Le premier couple gay anglais a être devenu parents a...

Fermer