Le Liban censure les applications de rencontres, Grindr en ligne de mire !

Le Liban, comme la Turquie, l’Indonésie, l’Iran, l’Arabie Saoudite ou l’Égypte a rendu impossible la connexion à des applications de rencontres homosexuelles.

Selon l’ONG libanaise Social Media Exchange (SMEX) près d’une cinquantaine de sites et d’applications seraient bloqués dans tout le pays. Les domaines sont très variés allant du pari en ligne à la prostitution. Problème, Grindr n’est ni une application de pari en ligne ni une application permettant la prostitution, du moins en théorie.

Selon le site d’information Albawada, la décision de bloquer Grindr ne viendrait pas d’une décision de justice. Mais d’une décision unilatérale provenant du gouvernement. Une censure du pouvoir qui essaie de filtrer les connexions à l’application en empêchant les connexions ou le chargement des messages.

Non, non, ce n’est pas nous !

Grindr, via un communiqué, a tenu à précisé que les dysfonctionnements ne venaient pas de chez eux :

La semaine dernière, les utilisateurs de Grindr au Liban étaient dans l’impossibilité d’accéder à leurs comptes. Tandis que nous avons confirmé qu’il ne s’agissait pas d’un problème technique de nôtre ressort, nous n’avons pas plus d’informations sur la cause de ce problème et continuons d’investiguer. Nous pouvons confirmer que les utilisateurs peuvent désormais se connecter à leurs comptes.

Côté gouvernement, un porte parole s’est adressé au Daily Star Lebanon en affirmant que le gouvernement n’avait pratiqué aucune censure.

Par contre, les utilisateurs ont contacté leurs opérateurs mobiles et tous ont confirmé que la censure venait tout droit du Ministère des télécommunications.

Il est impossible aux libanais d’accéder à la page « Contactez-nous » sur le site de leur Ministère des télécommunications, qui pour le coup, manque de communication.

Donnez votre avis !

Lire les articles précédents :
Égypte : Un an de prison pour avoir invité une personne homosexuelle à débattre dans son émission.

Un présentateur d'une émission télévisée a été condamné à un an de prison ferme par un tribunal égyptien pour propagande

Fermer