inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !

Le silence de Macron tolère aussi de tels agissements en Cisjordanie.


21 août 2019 - lemarquis


Tandis que le président français reste mutin, les autorités palestiniennes en Cisjordanie n’hésitent pas a généré une guerre ouverte contre les LGBT. Devons nous nous attendre à l’escalade comme en Tchétchénie ?

C’est un samedi sur la Terre. Nous sommes bien en 2019.

Dans un communiqué diffusé samedi, la police de l’Autorité palestinienne s’en est prise à al-Qaws («l’Arc-en-ciel»), un groupe fondé en 2001 pour soutenir les LGBT dans les Territoires palestiniens ainsi qu’au sein de la minorité arabe en Israël, rapportent le site Ultra Palestine et «The Times of Israel». Un appel a été lancé pour recueillir des informations sur ses activités, avec la précision qu’elles seraient traitées «confidentiellement».

Al-Qaws dispose de bureaux à Jérusalem-Est et à Haïfa (hors du périmètre de la police palestinienne). L’association est accusée de «semer la discorde» et de «miner la paix au sein de la société». Cela fait suite à la publication sur sa page Facebook  d’une réunion qui s’est tenue à Naplouse au début du mois et d’un «camp queer» prévu les 30 et 31 août.

Il n’existe pas de loi réprimant explicitement l’homosexualité dans les Territoires palestiniens autonomes de Cisjordanie. Dans la bande de Gaza, par contre, le mouvement islamique Hamas criminalise les rapports sexuels entre hommes. Les LGBT en Palestine sont, plus largement, considérés comme des informateurs potentiels pour Israël. À ce titre, leur vie peut être menacée.

L’association n’a pas tardé à réagir face à cette montée de violence et de haine sur sa page Facebook dans un très long communiqué. Elle demande à y répondre par l’amour et la reconnaissance auprès des personnes qui les soutiennent…

Et durant ce temps là, le président français reste mutin, silencieux, sourd et aveugle devant la haine LGBTphobe…

Communiqué de l’association :

Le samedi 17 Août , le porte-parole de la police de l’ Autorité palestinienne, Louai Irzeqat, a publié une déclaration concernant les activités de AlQaws en Cisjordanie. Cette toute première déclaration sur AlQaws déclarait que la police de l’Autorité palestinienne interdirait tout événement organisé ou organisé par AlQaws sur le genre et la diversité sexuelle dans la société palestinienne. La police a affirmé qu’elle allait à l’encontre des « valeurs palestiniennes traditionnelles », nous accusant d ‘ »agents étrangers ». La déclaration est allée plus loin, appelant les citoyens à se plaindre de toute activité « suspecte » et à la persécution du personnel et des militants d’AlQaws.

Cette déclaration intervient une semaine après la tenue à Naplouse d’un événement largement publié axé sur des discussions et trois semaines après le meurtre le mois dernier de l’adolescent palestinien queer avait été poignardé et organisée par alQaws. Avant la déclaration d’Irzeqat, il y avait eu une vague d’attaques sans précédent de la part de dizaines de personnes se rassemblant sur les plateformes de médias sociaux d’AlQaws, irritées par l’annonce de notre événement à Naplouse, considéré comme une ville palestinienne «traditionnelle» sacrée. Ces messages haineux et ces messages menaçaient de violence et de poursuites, ainsi que de mensonges sur AlQaws et nos activités, ainsi que sur des mythes sur les LGBTQ en général.

AlQaws condamne le recours aux poursuites, à l’intimidation et aux menaces d’arrestation, que ce soit de la part de la police ou de membres de la société. Nous avons toujours été publics et accessibles au sujet de notre travail, en maintenant un site Web actif, une présence sur les réseaux sociaux et un engagement dans la société civile. Cependant, nous n’avons jamais reçu de menaces à ce point auparavant. Cette réaction en retour ouvre la voie à des pratiques médiatiques contraires à l’éthique en adoptant et en alimentant un discours violent qui gagne en force et en légitimité dans les médias sociaux. Nous pensons que la police et la société palestinienne dans son ensemble devraient s’attacher à combattre l’occupation et les autres formes de violence qui déchirent le tissu sensible de notre société et de ses valeurs, au lieu de poursuivre les militants qui s’emploient inlassablement à mettre un terme à toutes les formes de violence.

Cette réaction récente est une réponse directe au démantèlement de la négation par la société concernant l’existence de Palestiniens LGBTQ! Au cours des deux dernières semaines, les Palestiniens d’Al-Qaw et de LGBTQ ont été confrontés à un nombre sans précédent de violences et d’incitations, qui s’est intensifié au cours des deux derniers jours. Cependant, il est clair que cette réaction est la réponse à plus de vingt ans de travail sur le terrain. Cela et l’orientation stratégique d’AlQaws au cours des dernières années pour défier le déni de la société par le biais de diverses initiatives professionnelles et communautaires locales.

La répression contre la lutte pour la libération sexuelle et sexiste n’est pas nouvelle. Tout au long de l’histoire moderne, il a servi de carte puissante aux régimes et aux gouvernements oppressifs. Malheureusement, la déclaration de l’Autorité palestinienne et les réponses ultérieures du public constituent une tactique bien rodée dans le jeu du gain politique et du filtrage de la fumée, qui ne se limite pas à l’Autorité palestinienne ni à cet événement particulier.

Alors que nous sommes confrontés à une tempête d’attaques et de violences, nous voulons élever l’amour et la reconnaissance de nos nombreux partisans et alliés. Surtout ceux qui ont publiquement rejeté la violence et les poursuites et pris activement position en faveur des Palestiniens alQaws et LGBTQ. Le mois dernier, nos alliés ont plaidé publiquement contre la violence sociale et pris clairement position en faveur des personnes LGBTQ en Palestine.

Donnez votre avis !

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Lorsque le féminisme se porte bien en Afrique…

Plutôt que de toujours parler de malheur, une bouffée de bonheur est essentielle. Plus qu'une bouffée, c'est un temps de...

Fermer