inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !

Les oublié-E-s de la mémoire du 10 au 25 novembre Terniers.


31 octobre 2018 - lemarquis


Le Musée de la Résistance et de la Déportation de Picardie  à partir du 6 novembre et jusqu’au 31 mars 2019 présente une exposition CNRD 2019 : Répressions et déportations en Europe, 1939-1945. Dans le cadre de ce cycle, une exposition créée par les Oublié-E-s de la la Mémoire et présentée par S.O.S. homophobie et le partenariat de l’Association Le Fil : “La Déportation pour motif d’homosexualité“, du 10 au 25 novembre 2018.
Cette exposition fait partie d’une action plus large, financée par la DRJSCS (Direction Régionale de la Jeunesse et des Sport et de la Cohésion Sociale) et mise en place et organisée par l’Association Le Fil (qui lutte contre l’homophobie et est basée sur Maubeuge). Un déplacement a été organisé pour visiter le fort de Breendonk en Belgique, une distribution de flyers et d’affiches sera effectué sur Tergnier, ce vendredi et une seconde exposition aura lieu avec les photos prises lors de la visite du camp.

Retour sur le Musée.

Le Musée de la Résistance et de la Déportation de Picardie est né de la volonté de résistants de transmettre aux jeunes générations leur histoire. Il est crée en 1986 sous l’impulsion d’Etienne DROMAS, chef du groupement B (arrondissement de Laon) FFI qui regroupe l’ensemble des groupes résistants, durant la seconde guerre mondiale.

Le musée installé dans une ancienne salle de cinéma à Fargniers, quartier de Tergnier retrace à l’aide de documents d’archives les étapes qui ont conduit de la fin de la Première guerre mondiale à la Libération : la montée du nazisme, le début de la Seconde guerre mondiale, la Résistance, la déportation. Sont exposés des photographies, des témoignages, des cartes, des affiches et divers objets. Des véhicules militaires et des armes sont également exposés à l’intérieur comme à l’extérieur. Une reconstitution d’une scène de parachutage est présentée dans le musée. Parmi les pièces remarquables des collections se trouvent :

  • la traction de la Gestapo de Saint Quentin, et pièce exceptionnelle,
  • le porte-document du Maréchal Hermann Goering (1893-1946), ministre de l’aviation du IIIe Reich.

Une salle expose des documents, des objets, des témoignages, retraçant le martyr des déportés, mais aussi les actions de soutien des populations locales.
Une maquette du débarquement du 6 juin 1944.

Le musée organise, dans le cadre du devoir de mémoire des activités pédagogiques. Il est équipé d’une vidéothèque, d’une bibliothèque et d’une salle de conférence.

L’exposition des Oublié-E-s de la Mémoire.

Cette exposition, au sujet inédit, a pour objectif de mettre en lumière la répression et la déportation pour motif d’homosexualité de Français, tout la replaçant dans son contexte européen plus large.
Ce fait historique est une corollaire de la répression nazie de l’homosexualité dans le Reich de 1933 à 1945, mais également dans les territoires conquis par l’Allemagne nazie durant la Seconde Guerre mondiale.

Il s’agit ici de présenter au grand public une réalité historique de cette période particulièrement sombre de notre histoire, restée dans l’oubli durant plusieurs décennies, avant une reconnaissance progressive par la France à partir de 2001.
Une grande méconnaissance continue de prévaloir sur ce sujet qui est trop souvent traité sur des bases erronées, ne concourant pas à un débat factuel et apaisé.

Cette exposition a donc été conçue pour présenter les faits au plus près de la réalité historique, en s’appuyant sur des sources vérifiées ainsi que sur les écrits de spécialistes reconnus pour leur travail sur le sujet.
Elle traite certes d’un sujet historique, mais elle se veut aussi un appel à la vigilance face aux mécanismes qui conduisirent à la déportation. Ils trouvent aujourd’hui encore leur expression dans tout ce qui touche à l’exclusion et aux discriminations de toutes sortes.

 

Donnez votre avis !

Lire les articles précédents :
SOS Homophobie : “cela est insuffisant”. Restons mobilisés !

Hier, je vous parlais de la venue des trois ministres Belloubet, Castaner et Schiappa au sein des locaux de SOS...

Fermer