Lors de la réunion pour les négociations annuelles obligatoires, les salariés d’Aides ont dénoncé une politique salariale à deux vitesses.

Depuis le 21 juin, les salariés de l’association Aides sont en grève. 60 des 72 antennes d’Aides ont fait grève jeudi dernier. Leurs revendications sont principalement salariales. Les employés d’Aides reproche à la Direction Générale une politique salariale à deux vitesses.

Les grévistes dénoncent leur augmentation de 15 € par mois seulement. En comparaison l’ancien Directeur Général est parti en rupture conventionnelle avec un chèque d’un montant avoisinant les 60 000 €. De plus, les différents Directeurs Généraux se sont vus attribuer un 13ème mois de 7 500 € en 2016.

Les salariés réclamaient depuis longtemps que les heures effectuées le dimanche soient prises en charge à hauteur de 200% (payées doubles). Chose que la Direction est sur le point de céder mais en exonérant les formations, évènements de la vie associative ainsi que les interventions en milieu festif.

Un pot commun a été mis en place par solidarité aux grévistes.

Communiqués de SUD – Solidaires

AIDES en grève, Moins de droits pour les salarié-e-s = Plus de VIH !

Mouvement de grève dans l’ensemble du réseau de AIDES dans le cadre des Négociations Annuelles Obligatoires, ce jeudi 21 juin 2018. Les salariés-es de AIDES demandent une amélioration de leurs conditions de travail. Cet appel à la grève a été massivement suivi : 63 lieux de mobilisation fermés sur 76 et 84% de salariés en grève.

La précarisation du travail, les inégalités de rémunération entre les Directions Générales successives et les salariés-es, le manque de reconnaissance et de moyens, les exigences toujours plus importantes sur la charge de travail ont entraîné des risques psycho-sociaux, un turnover important (assumé par la direction) et une explosion du nombre d’arrêts maladie. Ces conséquences impactent directement notre capacité à lutter contre l’épidémie du VIH/Sida. Par ailleurs, ces problématiques internes ont conduit à la mise en place d’une expertise nationale indépendante mandatée par le CHSCT (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) (*) toujours en cours. La première phase menée en Ile de France a déjà démontré, selon ces expert-e-s indépendants-es, des dangers graves et imminents pour la santé des salariés-es.

Si nous sommes en souffrance, comment peut-on continuer à accompagner, mobiliser et dépister les 820 400 personnes rencontrées chaque année ?
Malgré cette mobilisation inédite chez AIDES, l’ensemble de nos revendications n’ont pas encore été prises en compte, la grève est de ce fait reconduite.

(*) Cabinet ALTEO

 

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Lire les articles précédents :
Amélie Mauresmo nommée capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis

La célèbre sportive ouvertement lesbienne nommée Capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis, une première pour une femme !...

Fermer