inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !

Lorsque la transphobie tue. ”Je suis sans espoir. Je pense au suicide”


04 septembre 2019 - lemarquis


A la suite de mon édito de cette semaine, Ahmed a pris contact avec nous, timidement, pour nous remercier. Nous n’avons presque rien fait. Juste évoqué la cagnotte en ligne qui doit le sauver d’une mort certaine. Le dialogue c’est amorcé. Et sa détresse se lit dans chacun de nos échanges. La suite de cet article est dur. Il a été dur à écrire. Mais ce n’est rien en comparaison de l’enfer que vie Ahmed.
Ahmed a juste eu un ”petit souci” à la naissance. Il n’est pas né dans le bon corps.
”Je suis sans espoir, surtout en Tunisie. Je suis fatigué psychologiquement. Je pense beaucoup au suicide.”
“Je sais, mon frère, vous m’aidez et je suis fier pour toutes vos paroles, mais je le suis maintenant, juste un instant. Mais là, je souffre de tout, trop et je suis malade”
”Je suis fatigué et je ne peux plus le supporter. Je pense que la fin est proche et j’ai beaucoup réfléchi.”
“Je n’espère plus. Tout est fermé à moi. Comment puis-je aimer la vie ? Et je meurs avant de vivre”.

Non, ceci n’est pas du cinéma.

Ces propos sont ceux d’Ahmed, 36 ans, ancien activiste au sein d’associations LGBT en Tunisie. Aujourd’hui, sa vie est un enfer.
Ahmed est différent. Mais surtout il a besoin d’être secouru, sauvé, réfugié et soigné pour pouvoir retrouver sa dignité.
Il arrive encore à être en colère, à crier, à pleurer. Mais plus à espérer.

”Je pense au suicide, je ne veux plus souffrir.”

Comment pouvons-nous rester de marbre face à ce message ?
Qui osera dire que cet homme n’a pas le droit au respect et à sa délivrance ? Qui osera dire qu’il ne peux pas bénéficier de soins, affection et sollicitude, respect de son intégrité, de qui il est ?
Qui aura le courage de dire que nous devons le laisser mourir ?

Inverti veut le voir vivre. Sourire. Aimer. Ne plus souffrir.

”Comme je te l’ai dit, j’ai été licencié alors que je savais que j’étais un homme et que je ne suis pas un homme officiellement . Je suis éphémère et je défends les droits LGBT et me bats contre le sexisme. Cependant, j’ai du pour ma santé arrêter. Mais je n’ai pas abandonné. Ma santé m’avait trahi et je ne pouvais plus que me suicider. Pire, j’ai une tumeur au sein et à l’utérus à cause de l’utilisation d’hormones sans surveillance. Ma maladie a augmenté et aucun médecin n’a accepté l’opération. J’ai consulté un médecin en Turquie et j’ai accepté de pratiquer l’hystérectomie. Malheureusement je n’ai pas d’argent pour me traiter et survivre. Autre chose, malheureusement. Il n’y a aucune loi pour nous protéger. Il n’y a aucun médecin qui nous traite et personne qui nous entend. J’en suis arrivé à réellement me détester. Je ne veux pas devenir riche. Je veux un traitement et vivre libre hors de ce pays.”

”Je veux que tu souries”

”Comment veux-tu que je sourie ?
Si je sors, je suis insulté, frappé. Je peux mourir sous les coups.
Comment veux tu que je sourie ?
J’ai mal, j’ai faim.
Demain, je serai à la rue. Je vie dans une cabane sur les toits de Tunis et je n’ai pas d’avenir.
Comment veux tu que je sourie ? Quel est mon espoir à par la fin ?”

Non, Inverti n’accepte pas.

Car Ahmed est notre frère. La haine n’a pas sa place, ni en France, ni ailleurs. Aussi, nous demandons à touTEs, particulierEs, éluEs en France et les amiEs de Tunisie de nous aider à le sauver ce frère.
Comment ?
Faites un don, relayez l’appel au don, faites quelques clics pour sauver Ahmed.
350 € ? Non,et si nous multiplions par dix cette somme.
1€ par lecteur et si chacunE le relaie…
Inch’allah.
احبك اخي
NB : Ahmed nous a transmis l’intégralité de ses propos en tunisien.
Lors de notre premier échange, il n’avait pas mangé depuis 48 heures. Il est sans ressources. Et pourtant, il suffirait d’un rien pour qu’il revienne à la vie.
Pour les dons, c’est ici :

Donnez votre avis !

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Les thérapies de conversion en voie d’être interdites en France.

La députée Laurence Vanceunebrock-Mialon planche sur un projet de loi. Début juillet, cette dernière se réjouissait de l’ouverture de «la...

Fermer