inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !

M. Schiappa annonce son plan. Peut mieux faire ?


28 novembre 2018 - lemarquis


La secrétaire d’Etat chargée de la Lutte contre les discriminations Marlène Schiappa a promis durant le conseil des ministres le 26 novembre des actions concrètes contre les actes LGBTphobes en forte augmentation (de près de 25%) depuis le début de l’année. Les plaintes faisant état d’une atteinte à caractère homophobe ont augmenté de 15% entre janvier et septembre 2018 par rapport à la même période l’an dernier.
«La peur, l’ignorance et la haine nourrissent l’homophobie : nous pouvoirs publics pouvons et devons lutter contre ce fléau par l’éducation et la répression. L’homophobie n’est jamais une opinion», a déclaré Marlène Schiappa dans un communiqué publié le 26 novembre. 11 premières mesures ont été détaillées, après plusieurs concertations avec des associations anti-homophobie.

Sans doute en réponse à certains détracteurs, parfois dans son propre camps, M. Schiappa lors des questions au Gouvernement à l’Assemblée Nationale rappelait que par ces mesures qu’il ne s’agissait pas “de répondre à un lobby, de satisfaire une communauté, il s’agit de protéger des citoyennes et citoyens de la République Française“.


Et d’ailleurs, la rédaction d’ @Inverti.fr tout comme beaucoup de personnes issues des LGBT ou non souhaiteraient bien rencontrer ce fameux lobby ! Je pense que beaucoup de personnes auraient deux ou trois trucs à lui dire…

Les 11 mesures se déclinent ainsi :

Former police et gendarmerie à l’accueil des victimes d’actes homophobes.

Des référents à l’accueil des personnes ayant subi des agressions anti-LGBT seront prévus dans tous les commissariats de police et brigades de gendarmerie. Ils bénéficieront de formations dédiées. Les préfets seront avertis par le ministre de l’Intérieur de la mise en œuvre des dispositions d’accueil et de recueil des plaintes. Les écoles publiques, de gendarmerie, de police, de magistrature et de formation des enseignants et éducateurs dispenseront des formations obligatoires contre les «LGBTphobies».

Sensibiliser contre les violences homophobes en milieu scolaire.

Une campagne de sensibilisation sera diffusée dans les établissements scolaires à partir de janvier 2019. Les interventions en milieu scolaire des associations anti-homophobie seront encouragées par le ministère de l’Education nationale.

Muscler la lutte contre l’homophobie au niveau territorial.

La Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme, élargie à la lutte contre la haine anti-LGBT (DILCRAH), permettra d’agir contre l’homophobie et la trans-phobie au niveau territorial, en association avec les associations LGBT locales. La DILCRAH assurera en outre le suivi de la formation renforcée des forces de police et de gendarmerie.

Mobiliser la justice.

Nicole Belloubet, ministre de la Justice, communiquera aux parquets «une circulaire rappelant l’arsenal législatif et pénal et mobilisant de manière accrue les pôles anti-discriminations contre les “LGBTphobies”», selon le communiqué.

Pharos testé pour sa réactivité.

En outre, un test pour évaluer la réactivité de Pharos, la plateforme de lutte contre les contenus haineux sera mis en place. Une campagne de sensibilisation nationale dans la presse et sur Internet sera activée en 2019. Un numéro d’écoute pour les personnes LGBT en Guadeloupe et en Martinique sera ouvert en début d’année 2019.

Des mesures à valeur symbolique.

Consécutivement à l’annonce de ces mesures, la lecture des commentaires suscités sur les réseaux sociaux de la part de certains individus me laissent songeur. Car, je crains que ces mesures qui ne sont simplement pour la très grande majorité que des rappels à la loi, soient du coup tout à fait insuffisants. Ces mesures ne font que légèrement renforcer un dispositif déjà partiellement en place sans beaucoup de mobilisation de moyens financiers. Et les moyens mis à disposition risquent fort d’être très largement insuffisants.
Aussi j’aurais tendance à dire “peut mieux faire”.
Mais, il est tout de même à noter que c’est bien la première fois qu’un gouvernement en France affirme avec autant de véhémence sa volonté de lutter contre les LGBTphobies.
Sans vouloir jouer les “pères rabats joies”, Mesdames et Messieurs les Ministres concernéEs par ces “mesurettes”, pourriez vous poursuivre cette réflexion, la mener encore plus loin et encore mieux. Et ce afin de lutter aussi encore plus efficacement contre les LGBTphobies, mais aussi contre la Sérophobie ! ou contre toute forme de discrimination. Autrement dit, comme certaines associations le réclament pour le développement de la “Zérophobie” !

 

Donnez votre avis !

Lire les articles précédents :
Le Refuge ment pour accuser Hanouna.

Et ça, ça ne  me plait pas du tout ! Rappel des faits : L’affaire avait suscité un véritable tollé,...

Fermer