Des maires homophobes déposent un recours à L’ONU.

Après avoir perdu plusieurs fois devant le justice française, des maires (UDI&LR) en appelle à la Cour Européenne des droits de l’Homme et à l’ONU !

onu

Des maires républicains ont déposé un recours au près de l’Organisation des Nations Unies pour dénoncer l’obligation de marier des couples d’hommes et de femmes. Une trentaine de maires se sont regroupés sous un collectif pour l’enfance car pour eux, l’homosexualité nuirait à l’épanouissement normal de l’enfant.

Nous ne voulons pas marier deux hommes. Nous ne voulons pas marier deux femmes. Pour nous, le mariage, c’est un homme et une femme.

C’est ce que déclare Franck Meyer maire UDI de Sotteville-sous-le-Val lors des conférences de presse. Le maire se vente même d’avoir refusé d’unir un couple d’hommes dans sa commune.

Le recours devant l’ONU vise à “faire constater l’atteinte à la liberté de conscience des élus“, quand la déclaration universelle des droits de l’Homme garantit ce droit pour tout individu, a précisé Me Claire de la Hougue, qui le défend.

Cinq ans d’emprisonnement et 75.000 euros.

Les maires qui se refusent d’unir un couple en fonction du sexe des futurs mariés risquent jusqu’à cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende. Une élu socialiste qui, par convictions religieuses, avait refusé d’unir deux femmes à Marseille, a été condamnée en septembre 2015 à cinq mois de prison avec sursis.

Franck Meyer précise qu’il ne lance pas d’appel à la désobéissance de la loi. Oui pour un élu, ça serait légèrement paradoxal.

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Créer un compte