#Metoo, #MetooInceste, #MetooGay : des millions de victimes rien qu’en France !

La parole se libère de plus en plus sur les réseaux sociaux, il n’y a pas que de la haine, il y a aussi de la libération. Les victimes ont enfin le courage de dénoncer leur bourreau.

Selon le Ministère de l’Intérieur, 1 million de femmes seraient victimes chaque année de violences sexuelles et physiques au sein du couple en France.

Il n’y a pas que les femmes qui sont victimes de ces actes, il y a aussi les enfants, les adolescents et les personnes LGBTi. D’ailleurs ces derniers jours, vous avez pu voir le #MeTooGay sur Twitter notamment.

Les témoignages racontent les mésaventures durant un plan cul, au boulot ou dans leur famille. C’était un ami, un cousin, un employeur, un professeur, un entraineur, UN… le plus souvent, l’agresseur est un homme.

Selon certaines statistiques, seulement 4% des bourreaux seraient des femmes.

Cédric Fuentes décrit ce mouvement sur France 24 :

Le consentement est au cœur de l’échange sexuel.

Et la communauté LGBTi n’est en rien meilleure que le reste de la société. Ici, nous ne tombons pas dans les clichés, l’agresseur n’est pas forcément le mec le plus baraqué dans le couple. Alcool et drogues sont aussi au programme.

Le mouvement est apparu suite à un témoignage touchant deux élus PCF de la ville de Paris. Maxime Cochard et son conjoint ont été accusés de viol et d’agression sexuelle, ce qu’ils nient. Le Parti communiste leur a tout de même demandé de se mettre en retrait de leurs responsabilités au sein du PCF. À l’origine des accusations, un jeune homme a affirmé sur Twitter avoir été violé par eux deux à l’âge de 18 ans, alors qu’il était dans une « situation particulièrement vulnérable ».

Un tour sur les applications de rencontre et vous aurez aussi d’autres témoignages de personnes étrangères qui ont été hébergées et accueillies par des personnes chez elles, de manière altruiste dans un premier temps avant de glisser sur des relations sexuelles imposées. Sans papier ou sans moyen, ces personnes sont dans la peur de se retrouver à la rue, et acceptent des fois de s’y soumettre. Ce qui reste bien évidement du harcèlement sexuelle ainsi qu’un viol.

Pour David Malazoué, Président de SOS Homophobie il y a urgence de réaliser un travail sur le consentement :

Dans l’imaginaire de certains dans la communauté gay, à partir du moment où il y a un début de drague, c’est comme si ça justifiait tout ce qui se passe après (…) Il est parfois difficile d’être entendu comme victime, de dire : “Je suis allé au sauna mais les choses sont allées beaucoup plus loin que ce que je voulais”.

Le lieu, la forme, la méthode ne peuvent justifier une agression sexuelle ainsi qu’un rapport forcé. Le non doit être respecté, si ce n’est pas le cas, c’est un viol.

En cas de problème, plusieurs associations sont à votre écoute. Il y a aussi la plateforme du Ministère de l’Intérieur : Signaler un viol.

 

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Lire les articles précédents :
Trans ! Louis XVl aussi est mort !

Le Monde aussi et avec lui la culture ! La lecture l'est également ! Et Joe Biden est bien ''President...

Fermer