Mounir Mahjoubi fait pour la deuxième fois son comming-out et reçoit un flot de racisme et de haine.

Pour la deuxième fois dans sa carrière politique, Mounir Mahjoubi a fait son comming-out, le jour d’IDAHOT et premier jour du ramadan.

Difficile de concilier les grincheux, les haineux, ceux qui déteste votre patron et président, les racistes, les homophobes, ainsi que les islamophobes. Quelques jours après le tweet du secrétaire d’état du Premier ministre chargé des questions du numérique, Mounir Mahjoubi a eu le droit de recevoir en direct et en live de nombreuses réactions venues de toutes parts.

Musulman !

La première, nous viens tout droit de l’extrême droite. Pilotés par plusieurs militants anti musulmans, le secrétaire d’état a eu le devoir de se justifier sur les prénoms des agresseurs homophobes qui ont le plus souvent, d’après leurs dires, une connotation maghrébine. Certains vont alors nous dire que c’est tout à fait vrai, d’autres diront que leur patron et harceleur homophobe s’appelle tout simplement Jean-Pierre.

Des internautes avec un minimum de culture étrangère vont alors dénoncer les pratiques des états dit “arabes” tels que l’Iran, Tchétchénie ou l’Arabie Saoudite par rapport aux homosexuels. Oui dans ces pays, l’homosexualité est toujours passible de la peine de mort.

Mais rappelons tout de même que Mounir Mahjoubi est avant tout français. De plus, rien ne nous dit qu’il soit croyant, pratiquant ou tout simplement musulman. Oui tous les Jean-Pierre ne sont pas forcément catholique, raciste ou encore homophobe.

Comming-out ou pas comming-out ?

Celles et ceux qui ne sont pas En Marche ! ont tout simplement relevé que ce n’était pas le premier comming-out du secrétaire d’état. D’ailleurs, dans son tweet, il n’utilise pas le pronom à la première personne “Je”. Il dénonce tout simplement l’homophobie comme il pourrait dénoncer le racisme ou le sexisme.

D’autres encore rappellent à juste titre que le Président de la République, M. Emmanuel Macron a reçu à Versailles, loin des bobos de gauche, mais proche des intégristes de la Manif pour tous, le nouveau Tsar de Russie qui n’est en rien l’ami des homosexuels, un certain Vladimir Poutine.

Certes, le président a demandé à ce que la lumière soit faite au niveau de l’épuration Tchétchène, mais plus pour la forme que pour le fond. Certains vont nous dire, à tord ou à raison, qu’il a quand même eu les “cojones” de parler de ce sujet juste à côté de Vladimir Poutine.

Quoi ? un pêcheur parmi les fidèles ?!

Il n’y a pas que les cathos-réac’ de droites qui y sont allés de leur tweet. Les intégristes musulmans s’y sont donnés à cœur joie également durant le premier jour du Ramadan. Certains espèrent que le grand Dieu le pardonne pendant que d’autres appellent tout simplement au meurtre.

Il fallait le faire !

Mounir Mahjoubi est revenu sur son tweet le lendemain sur la chaîne d’information FranceInfo. Pour lui, il fallait en parler :

Ce qui était important, c’était de parler du sujet : hier, c’était la journée de lutte contre l’homophobie. Il fallait rappeler les conséquences de l’homophobie dans le quotidien, notamment des plus jeunes. Et elle a aussi eu des conséquences pour moi. Nous sommes en 2018, je vis ma vie, même publique, de manière tranquille. Mais si, ce jour-là, je pouvais passer le message en le renforçant par mon expérience personnelle, je pense qu’il fallait le faire.

Mounir Mahjoubi est également revenu sur ces célébrités, hommes politiques ou journalistes qui continuent de cacher leur sexualité au grand public :

Je pense qu’il est important d’offrir de la visibilité aux personnes homosexuelles, mais je pense également que chacun doit faire cette démarche lorsqu’il est prêt à la faire. Chacun a son histoire, sa culture, sa famille… Nous n’avons pas à imposer à la transparence à qui que ce soit. Chacun gère sa vie comme il le souhaite.

Comming-out bis, tweet pour cacher l’inaction du gouvernement sur les avancées LGBT, tweet pour cacher l’homophobie des personnes comme “lui”, traitre qui ira en enfer, oui, nous sommes hélas bien en 2018.

 

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Lire les articles précédents :
17 mai : journée mondiale de lutte contre l’homophobie, la biphobie ainsi que de la transphobie.

Bande de gouines, p'tit pédé, tarlouze, va te faire enculer, fait pas ton pédé, tapette, garçon manqué, la passive, bi...

Fermer