Naoufal Moussa a invité ses followers sur Instagram à semer la pagaille sur Grindr au Maroc.

Dans un live Instagram réalisé dans la soirée du dimanche 12 avril Naoufal Mouss, alias Sofia Taloni sur certains réseaux sociaux, a invité ses « fans », plus de cent milles qui la suivaient en direct,  à s’inscrire sur une application de rencontre gay (Grindr) afin d’y mettre la « pagaille ». Plusieurs d’entre eux ont suivi les indications, et se sont rués sur Grindr en créant de faux profils.

Une chasse aux gays est donc en cours au Maroc. Les possesseurs de faux comptes réalisent des captures d’écran des photos et les publient sur les réseaux sociaux. Certains s’amuseraient à échanger de fausses photos de sexe afin d’avoir des photos hots des garçons inscrits sur Grindr, toujours dans le but de les partager sur les réseaux sociaux.

Le profil Instgram de l’influenceuse d’origine marocaine a été désactivée mais elle aurait plusieurs comptes sur les réseaux sociaux tel que Snapchat, Facebook ou d’autres profils Instagram : @service_soufia_taloni ou encore _naouefelmoussa_.

Une situation dangereuse pour les marocains.

D’après plusieurs témoignages sur les réseaux sociaux, il y aurait déjà eu plusieurs suicides de jeunes homosexuels au Maroc. À cela, il faut ajouter ceux qui risquent d’être violentés par leur famille ou leurs proches, voire même arrêtés par la police.

Pour rappel, les pratiques homosexuelles sont interdites au Maroc en raison de l’article 489 du Code de procédure pénale. L’article punit de 3 ans de prison et d’une amende toute personne ayant une relation homosexuelle.

Grindr prend l’affaire très au sérieux et invite les utilisateurs à ne pas s’échanger de photos avec des personnes inconnues, tout en prévenant d’une campagne d’outing au Maroc.

Ici, une annonce :
1 Commentaire
  1. DALOU 1 an Il y a

    Un bon article comme toujours et surtout de précieux conseils et avertissements. Longue vie à Inverti! 🙂

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Lire les articles précédents :
Bosnie-Herzégovine : une petite lueur dans ce pays encore très homophobe.

Quelques mois après la première Gay Pride, la société pourrait être prête à bouger un peu. Un groupe de travail...

Fermer