inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !

“Outer” n’est pas jouer…


22 mai 2019 - lemarquis


Un homme de 29 ans a été condamné à verser 17.000 € pour avoir révélé l’homosexualité de deux de ses ex-amants, auprès de leur famille et sur les réseaux sociaux, le lundi 15 mai. La semaine dernière, le tribunal de grande instance (TGI) de Paris l’a condamné à verser 17.000€ de dommages et intérêts à à ses victimes pour violation de la vie privée. Il a aussi été condamné à rembourser leurs frais de justice. Le condamné a fait appel de cette décision jugée “disproportionnée” par son avocat.

Détruire des vies familiales et n’être condamné qu’à 17000€…

Car les deux jeunes gens sont de confession musulmane et se sont fait rejeter par leurs entourages respectifs. Selon eux, peu de temps après leur séparation, leur ex a notamment créé un compte Instagram public, y ajoutant des membres de leurs familles, des amis et des relations professionnelles, avant d’y publier des photos intimes et des copies de conversations privées. Il a aussi appelé directement le frère de l’un, la mère et la cousine de l’autre pour leur dire que leur proche était homosexuel, affirment-ils.

Ce que réfute l’avocat de la défense. Son client « réfute les allégations de la partie civile et considère être lui-même victime de ses deux ex-compagnons, dont le seul but semble pécuniaire », a-t-il ajouté.

Précarisation des deux victimes.

« Cette décision vient sanctionner une pratique scandaleuse d'”outing” sur les réseaux sociaux », a au contraire estimé l’avocat des demandeurs, Me Nicolas Cellupica. « Le coming out d’une personne n’appartient qu’à elle. Les conséquences d’un tel procédé peuvent être particulièrement dévastatrices notamment sur le plan psychologique », a-t-il poursuivi. L’un de ses clients a subi, depuis, menaces et insultes, et il a dû quitter le domicile familial. L’autre s’est réfugié chez une amie après avoir été injurié. Au-delà de cette procédure en référé (urgence), une procédure civile au fond doit être engagée, et des plaintes pénales ont été déposées, a précisé l’avocat.

Pour “outer” Jamel, son ancien compagnon s’est servi des “photos et des vidéos où on s’embrassait qui ont été prises dans un contexte privé. L’information a fait le tour des réseaux en moins de 24 heures. Toute ma ville était au courant”, a confié la victime au micro d’Europe 1 mardi. “Il a envoyé la vidéo où j’embrassais mon ex-copain directement à ma mère et à ma cousine en expliquant que j’étais qu’une ‘pute’. Il estimait que ma famille devait être au courant.” Comme Jamel l’a expliqué sur Europe 1, mardi.

One thought on ““Outer” n’est pas jouer…

Donnez votre avis !

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
La fierté des Ours commence le mercredi 29 mai, d’ailleurs ils sont à la recherche de leur Monsieur Ours.

Parce que « Bear » est trop moche à prononcer*, les français recherche leur Monsieur Ours 2019. Rencontre avec le...

Fermer