inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !

Un lundi sur la Terre, une soirée avec…


30 octobre 2019 - lemarquis


Charles Berling.

C’était un lundi soir sur la terre. À 20h et quelques minutes si vous voulez que je sois précis. Je ”connais ” sans connaître deux des protagonistes de l’histoire. Je les retrouve dès que je peux à travers la petite lucarne ou sur mon ordi, en replay. J’aimerais plus souvent autour d’un spectacle ou d’un verre, mais nous courrons après nos vies respectives. Je les sais amoureux du spectacle vivant, des acteurs ou comédiens , de la vie, donc de ses vicissitudes aussi. Intrigués par l’Amour, la joie, les beautés et les horreurs de l’humanité.
C’est déjà pas mal.
En gros, je tente d’en faire autant.
Aussi, moi, le ”fan” (je déteste ce terme) inconditionnel du Maître Michel Bouquet, apprenant que celui que je considère comme son successeur, Charles Berling, passe à la moulinette de ces deux personnes. Je leur dis. BANCO ! J’arrive !
Ah oui, mais non.
Ça c’était la mise en bouche ”Une soirée avec Charles Berling”.

Car moi, c’était uniquement le successeur que je venais déguster sous le feu des questions taquine, du travail ciselé de Christophe Combarieu. Soutenu par la poésie parfois caustique des questions de Mathieu Wilhelm.
Ah oui, mais non.
Ce n’était pas assez pour eux.
Il fallait mieux.
Il fallait se surpasser.
Quitte même parfois à décontenancer Charles Berling.
Ne parlons même pas du public.

Michel Bouquet était présent sur scène. Pas lui, vraiment.
Ses propos retranscrits et réinterprétés par Charles B. Et cela joué, vécu par Maxime d’Aboville. Je fermais les yeux, le Maître était là. J’ai ré ouvert les yeux, Maxime avait le visage de Michel Bouquet.
J’avoue. J’avais la brume dans les yeux.

Le cinéma, Mocky, l’impossible Mocky était là. J’entendais son rire cru dans la pudeur de Charles à l’évoquer.
Charles a bien sûr parlé de lui, de sa vie, de qui il est. Anecdote amusante lorsqu’il s’élança dan un propos provocateur en déclarant “qu’il avait presque réussi à convertir ses parents , bourgeois catholiques, à l’homosexualité.

Tout cela était ponctué en douceur, en musique et en Amour par deux interruptions musicales de Quatuor Hanson.
Ponctué par la Joconde de STAN. Et puis, tel un hommage à mes deux, quatre, ok, Mathieu et Christophe, à ces quatre hommes que je respecte avec beaucoup d’affection pour leur travail d’artisan, deux jeunes étudiants de l’école d’arts dramatiques ”le Projet” sont venus se confronter au regard de Charles.
Je ne sais pas ce que vous allez faire le 16 décembre. Mais après mes Maîtres sur scène, j’ai bien envie de goûter à la fraîcheur de la mélancolie de Michel Boujenah et des ”brins de folie” de Christophe et Mathieu.
De cette soirée passée ne me reste que le bonheur partagé et le public conquis. Vivement le 16 décembre… que nous les retrouvions sur scène.
Aux yeux de Christophe et Mathieu, rien, absolument rien n’est assez beau pour vous, le public. Mais aussi pour mettre en valeur les artistes.
Ils ont su alourdir mes yeux d’humilité et d’humidité.
Merci. Mil et une fois ENCORE merci.
Donc, mil et deux fois…

Donnez votre avis !

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Transphobie : L’hypocrisie de Sylvie Tellier.

Sylvie Tellier veut ouvrir le concours Miss France aux personnes transgenres mais il y a un petit hic. Ne vous...

Fermer