inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !


Pokémon Go : Une fresque contre le VIH et les discriminations en Pokéstop.

Ici, une petite réclame...

Emmanuel Carroz n’est pas qu’un simple joueur de Pokémon Go, il est aussi militant !

Tous les supports sont bons afin de sensibiliser contre le VIH et contre la sérophobie. Et un joueur de Pokémon Go a décidé de profiter des Pokéstops afin de toucher les joueurs.

L’idée lui est venue lors d’un séjour à Bruxelles où il découvre du Street Art militant, sensibilisant contre le VIH / Sida. L’idée a continué à germer dans son esprit. N’étant pas que joueur de Pokémon GO, cet adjoint au maire en charge de l’égalité des droits et de la vie associative de Grenoble va alors soumettre l’idée d’une œuvre Street Art dans sa ville.


L'épisode 4 est en ligne ! Notre invité Clément alias Veronika Von Lear. Nous reviendrons également sur la transphobie supposée de JK Rowling, des rumeurs sur l'application Stop Covid et des actions durant le mois des fiertés. À écouter sur L'anonyme Podcast.

Un appel à projet a été lancé, la ville de Grenoble s’engageant à financer à hauteur de 8 000 €  la fresque. L’œuvre est visible sur l’une des façades de la piscine découverte de Grenoble, non loin de l’IUT. Elle a été inaugurée lors de la journée internationale contre le VIH / Sida, le 1er décembre 2016 et a été réalisée par deux artistes grenoblois.

Après le réel, le virtuel.

Le jeu de Niantic permet de diminuer la frontière entre le réel et le virtuel. Et certains joueurs l’ont très bien compris comme Emmanuel Carroz. Ayant un personnage au niveau 40, Emmanuel va pouvoir, via le jeu, proposer de nouveaux points d’intérêt pour les Pokéstops. Depuis quelques temps, ils arpentent les rues des villes qu’il visite pour bien sûr attraper des pokémons mais pour aussi repérer des œuvres d’art engagés contre les LGBTiphobies et plus généralement contre les discriminations.

Je voulais que ce ruban rouge soit présent dans Pokémon Go toujours dans un souci de visibilité afin de rappeler aux joueuses et aux  joueurs que le VIH et la sérophobie sont toujours présents et qu’il faut les combattre.

Emmanuel Carroz espère qu’il n’est pas le seul à avoir eu cette idée et a hâte de croiser d’autres rubans rouges dans son jeu favori Pokémon Go.

Crédits images : Antoine Back / Niantic

Ici, une petite réclame :

.

Par publié le 18 février 2020

Rédacteur sur le site actu.inverti.fr & Podcasteur de L'anonyme Podcast.

Donnez votre avis !

Read previous post:
La France prie. Non. Nous ne voulons pas gagner l’Eurovision.

Et bien cela tombe très très bien. Car cette année encore nous allons nous prendre une bonne GROSSE taule. D'accord,...

Close