En Suisse, on parle argent, mariage et gay !

Le mariage gay s’invite dans le débat suisse lié à la fiscalité des couples mariés.

1280px-Chamber_Swiss_National_Council

Les politiciens suisses sont en grandes discussions sur la fiscalité des couples mariés. Quand soudain le parti Démocrate-Chrétien ajoute quelques petits mots qui ont leur importance. En effet, le PDC, dans son texte de loi demande le fin de la discrimination fiscale des couples mariés et précise que le mariage est l’union durable d’un homme et d’une femme.

Heureusement, ce texte ne fut pas voter et un autre sans la définition du mariage a été préféré. Les Suisses devront donc se proposer sur les deux propositions en même temps. Les grandes manœuvres ont fait long feuet au final, chacun a campé sur ses positions, mercredi au Conseil des Etats, lors de l’examen de l’initiative PDC «Non à la pénalisation du mariage».

Le malaise suscité par l’initiative du PDC est resté le même au fil des débats : il touche à la définition du mariage. Le Parti démocrate-chrétien veut l’ancrer dans la Constitution comme l’union d’un homme et d’une femme.

Du coup, les associations LGBT ainsi que les forces progressistes ont accusé le PDC de vouloir fermer la porte au mariage civil pour tous.

Une irruption du mariage pour tous

Le PDC, bientôt en campagne tente tout de même de ne pas se mettre à dos toute la communauté homosexuelle en laissant la porte entre-ouverte comme l’énonce Urs Schwaller du PDC-FR.

Rien n’interdit qu’on mène une discussion sur le mariage tel que vous le visez plus tard.

Mais la gauche n’y croit pas un mot, comme le déclare Christian Levrat du PS-FR.

C’est un fait, en droit suisse, le mariage est l’union d’un homme et d’une femme. Mais ce n’est pas une obligation constitutionnelle !

Car si le texte comme le désire le PDC est ancré dans la constitution suisse, ils leur seront difficiles de l’ouvrir aux couples homosexuels.

Sur la question de fond, la fiscalité des couples, les camps sont tout aussi tranchés. Les partis s’accordent à dire qu’il est temps d’éliminer la discrimination (reconnue par le Tribunal fédéral en 1984 !) frappant les couples mariés qui paient davantage d’impôts au seul motif qu’ils ont choisi de s’unir.

Les Suisses vont donc devoir choisir et réfléchir sur les sujets du mariage pour tous et de la fiscalité pour tous !

Source: La Tribune de Genève

Ici, une annonce :
0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Créer un compte