Après les deux agressions verbales et physiques que Jean-Luc Roméro-Michel cette semaine, hier, c’est à Paris que le monde politique a à nouveau tremblé. S’opposer à une position politique est une chose. S’attaquer à la personne intime, là, nous pouvons dire que c’est juste ignoble. J’entends certainEs dire que c’est comme pour Strauss Kahn. Navre, là,, cela n’a strictement rien à voir. Pire j’ai l’impression que nous devenons comme aux USA pire que des puritains. Plutôt que d’en faire « tout un plat », je préfère vous faire part du propos de Guy Konopnicki ,journaliste de Marianne, partagé sur les réseaux sociaux.

Guy Konopnicki en parle bien mieux que nous… C’est pourquoi nous osons reprendre son propos.

« Jadis les flics de la brigade mondaine tenaient à jour les fiches des hommes politiques. Ils connaissaient les bordels préférés de chaque député et de chaque sénateur, les taulières fournissaient de précieuses indications quant aux goûts et perversions de chacun de ces messieurs. La Mondaine connaissait aussi les maîtresses et, bien sûr, le cas, échéant, les relations homosexuelles. En cas de besoin, cela permettait d’exercer de discrètes pressions. Des scandales éclataient, de temps à autre, avec l’aide de quelques journaux de caniveaux. Désormais tout individu muni d’un smartphone peut jouer en même temps le rôle du flic et celui du journaliste. Ou celui du maître-chanteur. Griveaux se trouve ainsi piégé dans un vaudeville porno, le voici aussi ridicule qu’un parlementaire d’antan surpris en caleçon dans un hôtel borgne. Sauf que la surveillance des moeurs est à la portée de tous. Voici venir le temps de la délation populaire. L’hypocrisie bourgeoise n’était pas très morale, mais elle protégeait la vie privée. »

Avant d’agir, n’oublions jamais de réfléchir…

 

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2023 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Créer un compte