inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !

Santé : les réservoirs du VIH enfin découverts !


18 septembre 2019 - David Chevalier


Des chercheurs de l’UZ Gent (Gand) ont localisé le réservoir viral, et il y en a plusieurs !

En 2018, on estimait à 37,9 millions le nombre de personnes vivant avec le VIH à travers le monde. Aujourd’hui, le SIDA n’est plus considéré comme une maladie mortelle, mais comme une affection chronique. C’est à dire une maladie que les médicaments et traitements ne peuvent guérir complètement.

Grace aux différents traitements, les personnes séropositives sous traitement ont une charge virale dite indétectable. C’est à dire qu’elles ne peuvent transmettre le virus même si elles n’en sont pas guéries. Elles gardent le contrôle de leur charge virale comme le rappelle l’UZ de Gent (Gand).

La médication contre le VIH a énormément évolué ces dernières années, ce qui permet aux patients qui prennent de façon très régulière 1 comprimé par jour de maintenir le virus sous contrôle durant toute leur vie.

Ce traitement n’est pas anodin. Même si les compatibilités médicamenteuses sont très grandes, les risques de maladies cardiovasculaires et de cancer sont plus élevés chez les patients séropositifs comme l’affirme l’UZ Gent (Gand).

Un patient ne guérit pas du SIDA. Le virus reste toujours présent dans le corps du patient. Pour guérir, il faudrait donc pouvoir éliminer complètement ce virus. Mais pour le faire, il fallait savoir où il se cachait.

C’est donc un grand pas qui vient d’être franchi par des chercheurs de l’UZ Gent (Gand), le Dr Marie-Angélique De Scheerder et le prof. Dr Linos Vandekerckhove : ils ont pu localiser plus clairement le réservoir viral. Une étude a été réalisée sur onze patients volontaires, chez qui le traitement a été arrêté pendant une courte période afin de faire réapparaître le virus. La cachette a enfin été trouvée.

Le VIH se cache dans des cellules immunitaires spécifiques du corps et reste ainsi sous le radar. Lorsque le patient interrompt la prise d’inhibiteurs du VIH, le virus peut resurgir à partir de ces cellules et provoquer une remontée de la charge virale. Notre étude a montré que, contrairement à ce que l’on pensait jusqu’ici, les cellules immunitaires qui se divisent beaucoup sont coresponsables de ce réservoir viral. Nous montrons en outre que le virale rebound ne provient pas d’un seul organe ou type de cellule spécifiques, mais peut provenir de différents types de cellules et parties du corps (comme le sang, les ganglions lymphatiques et le tissu intestinal).

Cette découverte ouvre donc la voie à de nouvelles recherches, qui pourraient, un jour, déboucher sur une guérison totale.

Sources : RTBF – UZ Gent

Donnez votre avis !

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Histoire : Islam et homosexualité – 1ère partie.

L'homosexualité est décriée de nos jours dans les différentes religions monothéistes. Mais ça n'a pas toujours été le cas. 1ère...

Fermer