Pour contourner la loi interdisant l’homosexualité, la communauté LGBT algérienne a lancé une gay pride silencieuse, du moins, dans le monde réel.

gay-pride-algerie-tenten

“TenTen” revient une nouvelle fois ce 10 octobre (d’où le nom en anglais 10-10). Le but, montrer sa solidarité envers la communauté LGBT en Algérie mais également dans tous les pays du Maghreb et d’ailleurs.

Comment participer ?

Il suffit d’avoir une bougie et un compte sur les réseaux sociaux : Facebook, Instagram, Twitter, Google +… A la nuit tombée, il faut allumer la bougie et poster la photo sur les réseaux sociaux. Certains rajoutons des symboles faisant références à la communauté LGBT. Objectif : faire évoluer le regard de la société algérienne sur l’homosexualité. Le but est bien sur de faire évoluer les mentalités mais également le  système judiciaire. Car en Algérie, les articles 333 et 338 du code pénal rendent passible « tout coupable d’un acte d’homosexualité » et « toute personne qui a commis un outrage public à la pudeur » d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement. Au Maroc, c’est exactement la même chose avec l’article 489 du gouvernement ultra-conservateur.Un message qui va se répandre dans le monde entier.Plusieurs pays risquent de se lier à ce mouvement. Car que ce soit dans les pays majoritairement musulmans ou chrétiens, les homosexuels sont attaqués de toutes parts. En Irak ou en Syrie, ils sont balancés des haut des immeubles. En Russie, ils doivent être le plus discret possible sous peine d’être tabassé. En France, même après le mariage pour tous, certains continuent d’affirmer que l’homosexualité est une maladie.Pas certain donc que l’Algérie soit le seul pays où les bougies feront des selfies pour dénoncer l’homophobie ainsi que la transphobie. Source : JeuneAfrique

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Lire les articles précédents :
On peut excuser la pédophilie, pas l’homosexualité. Amen !

En Italie, un prêtre a eu un petit dérapage en direct à la télévision. Don Gino Flaim de la paroisse...

Fermer