inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !

Belle Dame, si ton coeur a brûlé…


17 avril 2019 - lemarquis


C’est bien le cerveau de certainEs qui a cramé..

Comme l’a si justement dit Hugo Clément, c’est notre grand-mère à touTEs qui dans la soirée de lundi a été meurtrie.
C’est le coeur de Paris qui est aujourd’hui ainsi souillé.
C’est 850 ans d’histoire de France qui a flambé.
Lorsque d’aucunEs s’émeuvent, pleurent ou parlent d’un drame national… CertainEs raillent…
Ou encore, lorsque le Président de la République renonce à faire sa déclaration aux FrançaisES…
Que les membres du membres du Gouvernement se mobilisent, se rendent au chevet de cet édifice…
Lorsque plusieurs des grands groupes ou plus grosses fortunes de France donnent…

Et que chacun y va de son petit commentaire fallacieux, complotiste,  insultant, ou fait des amalgames avec tout et surtout n’importe quoi…

… J’ai juste envie de hurler.

Mon Co, cher frère et ami, toi l’agnostique,
Comment devons nous réagir ?

J’aurai beau dire que non, ce n’est pas le Président de la République qui est responsable de cet acte. J’aurai beau écrire en rouge, en vert, avec surgras, que le gouvernement n’y est pour rien. Que les musulmans ne dansent pas dans les rues de Saint Denis ou d’ailleurs, en France comme à l’étranger. Tu pourras aussi me dire que certains extrémistes chrétiens en France comme chez toi aux USA disent que c’est Dieu qui a puni la France pour ses lois pernicieuses. J’aurai toujours des adeptes de la désinformation pour me prouver le contraire à grand renfort d’insultes ou de photos détournées.
J’aurai beau écrire que se sont les ParisienNEs qui se sont cotiséEs pour l’édification de ce chef d’oeuvre architectural. J’aurai beau écrire que ce sont des milliers d’ouvriers, d’artisans, de manoeuvres qui des générations durant se sont succédés pour construire l’édifice. J’aurai beau justifier que c’est l’Europe entière qui a permis l’enrichissement d’oeuvres d’art cette dentelle de pierre. CertainEs me diront qu’elles/ils n’en ont rien à F… pour ne pas dire faire.
J’aurai beau expliqué que ce bien depuis 1905, c’est un monument qui appartient, non à une confession, mais bien à l’ensemble des citoyenNEs françaisES. Je vais me retrouver avec des tombereaux d’insultes car je soutiens, au mieux des anti LGBT ou ceux qui ont un ami imaginaire et haïssent les autres.
Et je peux continuer ainsi, jusque plus soif, mon frère, mon ami, Mon Co.

Alors, je pleure.

Je pleure, car tant de haine et de bêtise me donne la rage. Je ne pleure pas pour les dégâts matériels. Je pleure…
Parce que combattre l’indécence, l’ignorance et la haine, demande une force qui me dépasse, vu le déchainement.
Car lundi soir, c’est bien 850 ans d’histoire qui a brulé, qui a été souillé.
Ce sont les plus grands moments de la capitale qui ont été touchés.
C’est l’inconscient collectif qui est meurtri.
C’est aussi le fantasme, grâce à Hugo, au cinéma, à Disney, aux comédies musicales qui a aussi touché le monde entier. Que l’on soit Chinois, Saoudien ou Américain du Nord ou du Sud, chacunE a une histoire de près ou de loin avec Notre Dame “à touTEs”.

Et lorsqu’au sein même de la communauté LGBTIQ+, sans les citer, eux qui réclament si fort, à hurler même parfois l’inclusion… Et qu’elles/ils aient la même attitude que les plus haineux, là, je ne me relève pas. J’ai même l’impression d’avoir pris un double uppercut
Je ne te citerai personne Co, je ne te citerai qu’un exemple qui parlera de lui même :

Les sœurs ! Ça a marché !
Nous pouvons maintenant déclarer que le conclave est ouvert
“la seule église qui éclaire est une église en feu” – Kropotkine

Voilà, cher frère, mon ami, mon Co où nous en sommes en France…

PS : Je te rassure, les musulmans ne dansent pas dans les rues de St Denis où d’ailleurs et les Satanistes pas plus que le gouvernement ne sont responsables de cet incendie.

“il est, à coup sûr, peu de plus belles pages architecturales que cette façade où, successivement et à la fois, les trois portails creusés en ogive, le cordon brodé et dentelé des vingt-huit niches royales, l’immense rosace centrale flanquée de ses deux fenêtres latérales comme le prêtre du diacre et du sous-diacre, la haute et frêle galerie d’arcades à trèfle qui porte une lourde plate-forme sur ses fines colonnettes, enfin les deux noires et massives tours avec leurs auvents d’ardoise, parties harmonieuses d’un tout magnifique, superposées en cinq étages gigantesques, se développent à l’œil, en foule et sans trouble, avec leurs innombrables détails de statuaire, de sculpture, et de ciselure, ralliés puissamment à la tranquille grandeur de l’ensemble ; vaste symphonie en pierre, pour ainsi dire ; œuvre colossale d’un homme et d’un peuple, tout ensemble une et complexe comme les Iliades et les romanceros dont elle est sœur ; produit prodigieux de la cotisation de toutes les forces d’une époque, où sur chaque pierre on voit saillir en cent façons la fantaisie de l’ouvrier disciplinée par le génie de l’artiste ; sorte de création humaine, en un mot, puissante et féconde comme la création divine dont elle semble avoir dérobé le double caractère : variété, éternité.
Et ce que nous disons ici de la façade, il faut le dire de l’église entière ; et ce que nous disons de l’église cathédrale de Paris, il faut le dire de toutes les églises de la chrétienté au Moyen Âge. Tout se tient dans cet art venu de lui-même, logique et bien proportionné. Mesurer l’orteil du pied, c’est mesurer le géant.”

Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, Paris, 1831

 

 

 

 

Donnez votre avis !

Lire les articles précédents :
Les ActupienNEs mettent à l’honneur avec un “joli nom” : Papillomavirus.

Les ActupienNEs fêtent leur premier anniversaire. Et comme le fêter et encore sensibiliser un peu mieux, elles et ils vous...

Fermer