Ils ne sont pas mannequins ou grands sportifs, pourtant, ils n’ont pas peur de montrer leurs poils pour lutter contre l’homophobie !

los-chicos

Au Brésil, deux artistes, Fábio Lamounier et Rodrigo Ladeira, photographient des hommes nus pour dénoncer l’homophobie et pour prôner au retour à des valeurs plus respectueuses vis à vis des uns et des autres. En ces actions, ils combattent bien plus que l’homophobie. En effet, ils luttent également contre les stéréotypes gays ainsi que leurs valeurs (cf précédent article).

Les personnes photographiés n’ont ni abdos ni muscles dans tous les sens. Elles sont justes elles et leurs défauts. Los Chicos sont très loin des Cover-Boys que vous pouvez croiser dans les différents magazines liés aux sexualités ou à la mode.

Et chaque photographie, chaque rencontre est sujet à une histoire sur la sexualité des brésiliens. Comment ils la vivent ? Comment s’est passé leur coming-out ? Ont-ils rencontré le grand amour ?

Nous vous présentons quatre hommes, quatre histoires à découvrir dans leur intégralité sur leur site officiel.

chico1

Marco :

Ce jeune homme est fils d’un élu politique local. Il raconte son coming-out vis à vis de son père. Tout part d’un malentendu sur Facebook. Chacun s’échange publiquement sur le réseau social et tout le monde prend part à la discussion. Ses amis et sa famille comprennent tout de suite que Marco est homosexuel. Tout le monde, sauf le père. Quelques temps plus tard, une tante débarque à la maison et remercie le comportement du père, de réagir aussi bien puisqu’il était un homme politique et qu’il devait montrer l’exemple face à l’homosexualité de son enfant. Le père répondit alors avec étonnement : “Quoi Marco est gay ?!”. Le silence s’installa. Lire la suite…

chico2

Caco :

Caco n’a pas accepté tout de suite de participer au projet Los Chicos. Ce dernier avait du mal à accepter son corps. Il est très loin des faux standards blacks comme vous avez l’habitude de voir. Il a des formes, des poils et pour lui, beaucoup trop de gras. Dans son adolescence, il fera plusieurs aller retour sur la balance en jouant au yoyo. Il passera par des épisodes de prise de poids puis de perte tombant dangereusement dans l’anorexie. Après plusieurs échanges avec ses amis sur l’image des hommes gays et blacks, il acceptera de participer au projet Los Chicos pour aider les personnes dans la même situation que la sienne à s’émanciper avec leur corps. Lire la suite…

chico3

Jader :

Jader raconte son enfance et l’acceptation de sa sexualité. Comme certains parmi vous, il a un frère, plus jeune de deux ans. Et quand il y a deux enfants de même sexe, les comparaisons vont de bon train. Depuis tout petit, Jader était loin des images du bon garçon hétérosexuel. Et tout le monde le savait et le disait. Pourtant, personne ne lui a demandé de changer. Jader a toujours accompagné sa mère quand elle faisait les boutiques ou quand elle allait dans des centres de beauté.  Jamais ses parents lui ont demandé de changer quoique ce soit. Ils l’avaient accepté et aimé comme il était. C’est à dire Jader. Lire la suite…

chico4

Adrian :

Adrian a accepté de participer au projet Los Chicos pour dire non. Non aux idées reçus sur le monde homosexuel. Il en a marre d’entendre les débats sur le fait que ce soit normal ou non de stimuler sa prostate. Il ne veut pas non plus se faire juger par des religions qui lui sont étrangères. Pour lui, la masculinité n’est pas à protéger ou défendre. Chaque mec a le droit de porter de la couleur, de l’excentricité sans attendre le carnaval. Et le fait de le faire, ne doit pas entacher sa virilité. Pour lui, nous pouvons être masculin dans toutes les situations. Lire la suite…

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Lire les articles précédents :
Non je ne suis pas homosexuelle, j’ai juste le cerveau lent…

LiLy-Rose Depp, l'égérie de la maison Chanel est revenue sur ses propos qu'elle a dit il y a seulement cinq...

Fermer