Grindr, Hornet, Blued : des changements pour attirer les annonceurs.

Difficile de vendre des espaces publicitaires avec des mecs à moité à poils, les applications de rencontre doivent évoluer.

Blued, le géant chinois du dating entre mecs a lancé une fusion : créer un réseau social gay plutôt qu’une simple application de rencontre. Ceci, dans le but bien sûr d’attirer les meilleurs annonceurs pour rentabiliser son réseau. Mais pas question pour un annonceur tel que Nestlé d’apparaitre au milieu de torses nus ou de fessiers.

La solution trouvée par les chinois consistera à créer une application communautaire de rencontre. Les utilisateurs auront un profil comme sur Facebook mais ils pourront également voir les mecs proches de chez eux. Ils pourront également suivre des gars comme sur Facebook, partager des photos ou des vidéos.

Problème : un hybride qui plaît aux annonceurs, moins aux utilisateurs.

Pourquoi allons-nous sur une application de rencontre ? Pour trouver un mec ? un plan cul ? ou pour suivre les aventures trépignantes de Mister Machin et de sa BB crème hydratante sponsorisée par l’Oréal ?

Grindr et Hornet ont choisi une autre méthode. Communautaire toujours mais pas par rapport aux réseaux sociaux classiques mais par rapport à l’actualité LGBT. Et ceci plait également aux annonceurs généralistes voulant séduire cette population à fort pouvoir d’achat.

Hornet a lancé depuis plusieurs mois son réseau Unicorn Booty. Disponible en plusieurs langues soit sur mobile soit sur ordinateur, ce réseau traite de l’actualité mondiale et locale via plusieurs correspondants à travers le monde. En France, c’est un certain Christophe Martet, ancien rédacteur du site d’actualité Yagg.

Grindr a également lancé son réseau d’actualité : Into. Pas uniquement pour l’actualité militante, leur magazine est plus centré sur sur la culture pop, la mode et les voyages. Le magazine n’a pour l’heure qu’une version américaine. Mais il est fort à parier que Grindr suivra son ennemi juré jusqu’au bout.

Un mec passe plus d’une heure par jour sur Grindr, Hornet & Co.

Selon plusieurs études, les hommes célibataires passeraient en moyenne un peu plus d’une heure par jour sur les applications de rencontre. Et nous serions plus enclin à cliquer sur une brève plutôt que de suivre les aventures de Mister Machin.

Les annonceurs préfèrent financer des campagnes publicitaires sur des réseaux d’actualité plutôt que sur des sites 100% rencontres, les applications vont devoir s’adapter afin de toujours générer de plus en plus de revenus.

Des rapprochements risquent également d’avoir lieu entre les sites d’actualité et les dites plateformes. Blued s’est très rapproché de Têtu. Yagg se rapproche également d’Hornet : plusieurs contenus de Yagg vous redirige vers Unicorn Booty. Ziipr s’est également rapproché il y a quelques mois de Codesdegay. Le site vous proposait de devenir ambassadeur de l’application de rencontre.

Attention au 2ème effet Kiss-cool.

Dans un premier temps, ces mariages vont permettre aux deux acteurs de gagner en utilisateurs-visiteurs. Le problème est l’effet pervers que risque de générer ces différents mariages. Il ne faudrait pas associer ces plateformes d’actualité uniquement au célibat ou à des personnes cherchant des plans culs.

L’actualité LGBT ne touche pas uniquement les célibataires ou les personnes en manque de sexe. Elle doit toucher le plus grand nombre de personne sans s’enfermer dans une catégorie de la population ni d’entretenir plusieurs stéréotypes.

Si les plateformes de rencontre ont tout à gagner avec ces mariages, il serait illusoire de penser que les sites d’actualité y gagneraient sur le long terme.

Sources  – Crédits photos : Hornet, Grindr, Blued.

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Créer un compte