Suite de l’homophobie ordinaire…

Dans un article du 21 février, j’évoquais les manières de deux Eglises de “respecter” notre part identitaire LGBT.

Rebondissement dans le traitement par l’Eglise catholique des personnes issues de la communauté LGBTI.

SOS homophobie dénonce l’organisation par le diocèse de Bayonne d’une réunion sur “l’accompagnement des personnes à tendance homosexuelle”. Risques réels pour la santé des personnes #LGBT qui seraient amenés à assister à ce type de réunion. Nous saisissons la Mission Interministérielle sur les Dérives Sectaires (Miviludes).

Je vous livre le communiqué de presse dans son intégralité.

Un article paru mercredi dernier dans le journal Sud Ouest intitulé « Aider » les homosexuels fait état de l’organisation, par le diocèse de Bayonne-Lescar-Oloron, le jeudi 8 mars, à Pau, d’une réunion sur “L’accompagnement des personnes à tendance homosexuelle” animée par l’abbé Louis-Marie Guitton, délégué épiscopal pour la famille du diocèse de Fréjus-Toulon et aumônier national de l’association Courage.

SOS homophobie dénonce fermement l’organisation de cet événement et les risques sérieux qu’il comporte pour les personnes lesbiennes, gay, bi, trans (LGBT), pour leur santé et notamment celle des jeunes. L’association Courage, partenaire de cette réunion, fait l’objet de plusieurs plaintes aux Etats-Unis où elle organise des « thérapies de guérison » de l’homosexualité. Loin d’aider et de soutenir les personnes LGBT, ce type de réunion peut créer chez elles un sentiment de culpabilité relatif à leur orientation sexuelle ou à leur identité de genre. Elles peuvent entraîner une diminution de l’estime de soi, l’isolement de la personne concernée et peut donner lieu à des tentatives de suicide.

SOS homophobie souligne l’irresponsabilité de la Conférence des évêques de France qui, en laissant libre l’organisation de ce type d’événement, contribue à entretenir dans le pays un niveau d’homophobie élevé. Selon le dernier rapport annuel de SOS homophobie, les témoignages d’actes homophobes ont augmenté de près de 20 % en 2016 par rapport à 2015.

L’association demande au Diocèse de Bayonne ainsi qu’à la Conférence des évêques de France d’annuler la réunion prévue le 8 mars prochain. SOS homophobie a, par ailleurs, saisi la Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires (Miviludes) chargée, sous l’autorité du Premier ministre, de coordonner l’action préventive et répressive des pouvoirs publics à l’encontre des dérives et pratiques sectaires.

Le combat au quotidien continue et Inverti s’associe à toutes les dénonciations qui feront progresser soit notre droit à la reconnaissance de notre particularité, ou nos droits à l’indifférence et également, nos droits à l’inclusion dans la société.

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Lire les articles précédents :
A vos agendas !

Une Semaine chaude ou soirées cocooning, et le Japon fêté ! D'abord et avant tout avec le froid sur Paris...

Fermer