Un outil juridique permet à l’Allemagne de juger les responsables de crimes contre l’humanité, un nouveau bras de fer contre la Tchétchénie et la Russie.

La purge LGBTi en Tchétchénie se voyait à nouveau intouchable depuis la sortie de la Russie de la Cour Pénale Internationale. Mais un rebondissement pourrait relancer le processus de sanctions et d’arrestations des responsables de cette purge.

L’Allemagne dispose d’un principe de juridiction universelle pour les crimes contre l’humanité. Si la purge est reconnue comme telle, l’Allemagne pourrait arrêter les responsables sur son sol et éventuellement lancer un mandat d’arrêt international.

Voilà l’espoir suscité par deux associations : le Centre Européen pour les Droits Humains et Constitutionnels (Allemagne) et le LGBT Network russe. Une plainte de 97 pages accuse cinq responsables Tchétchènes ainsi que l’armée.  Ils seraient responsables d’incitation au meurtre d’au moins 150 personnes.

Pour rappel, en 2017, c’est le journal LGBTi+ Russe Novaya Gazeta qui avait attiré l’attention sur les persécutions des LGBTi en Tchétchénie. Le journal avait annoncé l’existence de camps de la mort pour les personnes LGBTi+.

L’Union Européenne a mis sur liste noire plusieurs responsables tchétchènes qui sont interdits de séjour dans l’Union. Certains avaient pour habitude de venir se faire soigner en Allemagne.

Dans l’Union, seulement quatre états ont accepté d’accueillir des personnes LGBTi tchétchènes : l’Allemagne, les Pays-Bas, la Lituanie et la France.

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Lire les articles précédents :
Paris 2024 : 3 salariés suspendus pour homophobie, racisme et sexisme.

Trois salariés de l'établissement public chargé de la livraison des ouvrages olympiques et paralympiques ont été suspendus en raison de...

Fermer