inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !

Témoignage : un syrien homosexuel raconte la torture vécue au Liban


27 décembre 2016 - David Chevalier


Human Rights Watch a recueilli le témoignage d’un réfugié syrien homosexuel au Liban.

Beyrouth – Un réfugié syrien âgé de 31 ans a raconté à Human Rights Watch son calvaire au Liban. Il a déclaré qu’il avait été arrêté par des agents du renseignement militaire libanais et torturé sur une période de cinq jours par plusieurs policiers et militaires.

Pour sa sécurité, Human Rights Watch a changé le nom pour l’appeler Shadi. Les faits ce sont déroulés en Février 2016 au Liban. Human Rights Watch a récolté le témoignage en Mars. La publication en décembre fait suite à la sécurisation de Shadi en Europe.

Human Rights Watch a écrit aux responsables de la sécurité intérieur du Liban. Mais ces derniers n’ont pas ouvert d’enquête car Shadi n’a pas porté plainte.

Pour Lama Fakih, directeur de Human Rights Watch au Moyen-Orient, la torture est courante dans les centres de détention au Liban.

Un traque aux homos !

Shadi raconte qu’en Janvier 2016, des militaires ont fait irruption dans un appartement qu’il occupait avec d’autres réfugiés syriens dans la ville de Jounieh. Tous les occupants ont été interrogé et certains auraient reçu des coups. Après avoir vu une photographie d’un atransgenre sur un mur, les policiers leur ont demandé leur sexualité. Shadi ne répond pas et après cette scène de violence et de peur, le calme retomba doucement dans l’appartement.

Février 2016 – Les militaires reviennent et cette fois-ci, ils arrêtent Shadi. Ce dernier demande pourquoi il est arrêté. En réponse, il ne recevra que des coups. Il lui bande alors les yeux, l’enferme dans une pièce dans les bureaux des services de renseignements de la ville. Il le dépouille et le torture durant près de deux heures.

Le lendemain matin, Shadi doit signer un document les yeux bandés. Il osa demander ce qu’il signait. Il recevra une nouvelle fois que des coups en réponse.

Les militaires le transfèrent au ministère de la Défense à Yarze. Pendant quatre heures, il sera interrogé sur sa sexualité. Il recevra plusieurs coups au visage ainsi qu’au ventre. Exaspéré, son interrogateur lâchera ces quelques mots :

Vous gays, vous venez ici et salissez notre pays sale (…) Ni notre société ni Dieu accepte cela !

Shadi sera ensuite amené à la prison de Rehanieh. Là, les gardiens le déshabillent et lui insèrent un instrument dans l’anus. Ceci, dans le but de déterminer si Shadi a eu des relations sexuelles anales.

Il sera incarcéré et attaché à un mur. Il recevra des coups de matraque sur la plante des pieds. C’est une méthode de torture au Liban. Après plusieurs heures de torture, il passera devant un juge et sera ensuite envoyé au poste de police de Hobeish à Beyrouth. Il sera libéré sans aucune maltraitance.

L’homosexualité n’est pas interdite ni autorisée au Liban. L’article 534 du Code pénal libanais stipule que «toute relation sexuelle contraire à l’ordre de la nature est passible d’un an de prison.» Cette disposition a été utilisée pour poursuivre des personnes soupçonnées d’homosexualité. Chaque juge est alors libre d’interprété les textes.

Donnez votre avis !

Lire les articles précédents :
George Michael est décédé ce 25 décembre à l’âge de 53 ans.

La Star de la Pop Music nous a quitté le jour de Noël. George Michael (de son vrai nom Georgios...

Fermer