Le président de l’association LGBTi+ Shams de Tunisie a annoncé mardi avoir été condamné à un an de prison pour une publication sur Facebook jugée blasphématoire envers le prophète Mahomet.

Nouveau coup de pression envers les militants LGBTi+ en Tunisie. La chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Tunis vient de condamner à un an de prison ferme et de mille dinars d’amende (environ 300 euros) et deux ans de contrôle administratif le président de l’association Shams Mounir Baatour. C’est lui-même qu’il l’a annoncé sur sa page Facebook.

Mounir Baatour dément être l’auteur de ces propos qui définissait le prophète Mahomet comme un obsédé sexuel.

Shams.

Créée en 2015, l’association Shams (Soleil en arabe) milite pour la dépénalisation de l’homosexualité en Tunisie. C’est l’une des seules associations nord africaines à militer contre l’homophobie.

Même si le président tunisien Kai Saied est opposé à l’incarcération des personnes homosexuelles, il est aussi contre sa dépénalisation. Ceci permet d’entretenir de bonnes relations avec tout le monde.

Fort heureusement, depuis la révolution de 2011, les militants LGBTi+ de Tunisie sortent de l’ombre et se battent, au prix de leur vie, afin de réclamer les mêmes droits que les personnes hétérosexuelles.

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2022 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Créer un compte